1 min de lecture Enquête

Estelle Mouzin : les enquêteurs face à la perversité de l'ex-épouse de Fourniret

Monique Olivier doit être interrogée ce jeudi 21 novembre sur l'alibi de son ex-mari Michel Fourniret le jour de la disparition d'Estelle Mouzin. Yves Charpenel, de la Fondation Scelles, explique que les enquêteurs vont devoir prendre en compte sa perversité.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Estelle Mouzin : les enquêteurs face à la perversité de l'ex-épouse de Fourniret Crédit Image : FRANCOIS NASCIMBENI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission

Rebondissement dans l'affaire Estelle Mouzin, cette petite fille de 9 ans disparue en 2003 à Guermantes en Seine-et-Marne. Monique Olivier, l'ex-épouse de Michel Fourniret, doit être entendue ce jeudi 21 novembre par les enquêteurs. Elle aurait des révélations à faire sur l'alibi de son ex-mari le jour de la disparition de la fillette.  

Mais ce n'est pas une audition classique qui va se dérouler. Selon Yves Charpenel, de la Fondation Scelles pour les victimes d'exploitation sexuelle, les enquêteurs vont devoir être très patients avec Monique Olivier et prendre en compte son esprit pervers pour ne pas se faire manipuler.

"Tout le monde espère enfin arriver à la manifestation de la vérité dans l'affaire de la petite Estelle. Mais il faudra être très attentif au fait que Monique Olivier, comme son mari, sont des pervers et qu'ils peuvent jouer avec les gens qui les entendent", a-t-il ainsi souligné sur RTL ce jeudi matin.

Les propos de Monique Olivier crédibles ?

Un pervers est un individu qui entre dans une catégorie psychiatrique bien définie. Et quand il est face à la justice, il faut prendre en compte cet aspect-là de sa personnalité, notamment pour ne pas diriger l'enquête sur de fausses pistes et perdre du temps, selon Yves Charpenel. 

À lire aussi
Élodie Kulik procès
Affaire Élodie Kulik : Willy Bardon condamné à 30 ans de prison

"C'est une catégorie psychiatrique. On a là deux personnes examinées par d'excellents psychiatres. C'est un cas assez rare d'un couple qui réussit à s'aider à commettre des crimes affreux". "Les enquêteurs connaissent bien le dossier et Monique Olivier pour mesurer la crédibilité de ce qu'elle va dire". 

Prudence donc face à tout ce qu'elle va pouvoir dire : "Un pervers est centré sur lui-même et sa joie c'est de pouvoir manipuler les autres. Nous avons deux personnes en prison jusqu'à la fin de leur vie. Qu'est-ce qui leur reste ? Au moins se faire plaisir en essayant de ridiculiser et de tromper les enquêteurs".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enquête Justice Michel Fourniret
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants