2 min de lecture Cannibalisme

Espagne : un homme risque 15 ans de prison pour avoir tué et mangé sa mère

Surnommé "le cannibale de Ventas", l'homme est jugé cette semaine en Espagne pour avoir étranglé, découpé puis mangé des morceaux du cadavre de sa mère. Il risque jusqu'à 15 ans de prison.

Symbole de la justice (photo d'illustration).
Symbole de la justice (photo d'illustration). Crédit : Damien MEYER / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault et AFP

Albert S.G, surnommé "le cannibale de Ventas", est jugé cette semaine en Espagne pour avoir tué puis mangé des morceaux de cadavre de sa mère au début de l'année 2019 à Madrid. Le parquet espagnol a requis 15 ans de prison pour "meurtre" et "profanation de cadavre". 

Selon l'acte d'accusation, début 2019, le suspect s'était disputé avec sa mère de 69 ans dans l'appartement qu'ils partageaient dans le quartier de Las Ventas à Madrid. Après l'avoir étranglée, il avait traîné le corps dans sa chambre avant de le découper à l'aide d'une scie et de deux couteaux de cuisine "afin de le faire disparaître".

"Une fois le corps découpé en morceaux, l'accusé s'est nourri occasionnellement des restes du cadavre durant 15 jours et a stocké d'autres morceaux dans plusieurs récipients en plastique dans l'appartement et dans le réfrigérateur", précise le parquet. Le prévenu a également mis d'autres morceaux dans des sacs poubelles qu'il a jetés. 

Une scène dantesque

Un policier
Partager la citation

Un officier de police, entendu lors du procès, a raconté que lorsqu'il avait pénétré dans l'appartement, l'accusé avait affirmé avoir mangé certains morceaux crus, en avoir cuit d'autres et en avoir aussi donné au chien, rapportent les médias locaux. Albert S.G, qui selon la police avait des problèmes de drogues, avait été arrêté en février 2019. En effet, la police était à la recherche de sa mère, dont la disparition avait été signalée par une amie, indiquent des médias locaux. 

À lire aussi
naufrage
Le message d'une Française, passagère du Titanic, retrouvé 105 ans après le naufrage

Lorsque la police avait demandé à l'homme si sa mère se trouvait à l'intérieur de l'appartement, il avait répondu oui avant de les laisser entrer. "Nous sommes tombés sur une scène dantesque", a raconté un policier sous couvert de l'anonymat sur la chaîne Telecinco.

Les procureurs ont également demandé à ce que le "cannibale de Ventas" verse 90.000 euros de dommages et intérêts à son frère aîné.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cannibalisme Espagne Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants