2 min de lecture Viol

Espagne : "la meute" de cinq hommes condamnée à 15 ans pour viol en réunion

Les cinq hommes de "la meute" ont finalement écopé de 15 ans de prison chacun, pour "viol en réunion", après que les faits aient été requalifiés par la plus haute instance judiciaire espagnole, ce vendredi.

Des manifestants espagnols brandissent une pancarte "non, c'est non".
Des manifestants espagnols brandissent une pancarte "non, c'est non". Crédit : ANDER GILLENEA / AFP
Camille Descroix
Camille Descroix
et AFP

L'affaire dite de la "meute" a été le détonateur d'une grande mobilisation féministe en Espagne. Les cinq hommes qui avaient agressé sexuellement une jeune fille, en 2016 à Pampelune, ont écopé de 15 ans de prison chacun. La plus haute instance judiciaire espagnole a finalement alourdi leur peine de prison, vendredi dernier, requalifiant les faits en "viol en réunion"

En 2018, leur condamnation à neuf ans de prison pour "abus sexuel" - et non pour "viol" - puis leur remise en liberté provisoire avaient entraîné d'énormes manifestations à travers le pays. Surnommés "la meute", ils étaient accusés du viol collectif d'une fille de 18 ans en juillet 2016, à Pampelune (nord) en pleines fêtes de la San Firmin.  

Les faits se sont déroulés moins d'un quart d'heure après qu'ils aient rencontré la jeune femme ivre. Ces cinq hommes, dont un militaire et un garde civil, lui avaient fait enchaîner fellations et rapports sans préservatifs dans l'entrée d'un immeuble, avant de voler son téléphone et de la laisser à moitié nue. Ces derniers avaient diffusé les images après s'en être vanté sur Whatsapp.

Une attitude de soumission et non de consentement

La procureure Isabel Rodriguez, qui avait requis au moins 18 ans de prison, avait fait valoir que la victime, cernée par cinq hommes de 24 à 27 ans de "forte stature", avait "adopté une attitude de soumission et non de consentement".  "On ne peut exiger des victimes des attitudes dangereusement héroïques", avait-elle insisté. 

À lire aussi
Carte Val d'Oise Val-d'Oise
Val-d'Oise : un suspect de 17 ans arrêté après trois agressions sur des femmes

L'avocat de la défense avait au contraire sollicité l'acquittement des accusés, en soutenant que la jeune femme avait "décidé d'avoir des relations" sexuelles avec l'ensemble du groupe.  Selon lui, les accusés ne pouvaient se rendre compte qu'elle n'était pas consentante parce qu'elle n'avait pas crié ni résisté. Il a par ailleurs assuré que ses clients n'avaient pas eu "de procès juste" car "la société" avait réclamé leur condamnation à coups de manifestations retentissantes. 

Cinq magistrats de la Cour suprême - dont deux femmes - ont examiné les recours présentés par l'accusation et la défense. Ils ont conclu à l'unanimité qu'il y avait bien eu "viol" au regard du droit espagnol, qui exige des preuves d'intimidation ou de violence.

Vers une réforme du code pénal ?

Pedro Sanchez, le chef du gouvernement espagnol, a commenté le jugement sur Twitter : "seul un oui est un oui". Son gouvernement souhaite d'ailleurs réformer le Code pénal pour introduire la notion de consentement sexuel explicite, sur le modèle de la Suède, où tout acte sexuel sans accord clair est considéré comme un viol.

Partout dans le pays, de nombreuses adolescentes étaient sorties dans les rues au Printemps 2018, criant "moi, oui je te crois" à l'attention de la victime. Ce mouvement avait précédé la première grève des femmes, largement suivie dans toute l'Espagne. Une centaine de féministes ont manifesté leur joie devant la Cour suprême après le jugement. "Ce verdict est très important car il crée une jurisprudence, on ne pourra plus culpabiliser les victimes de ne pas s'être battues avec leur agresseur", a expliqué à l'AFP Sera Sanchez, 59 ans.

Lire la suite
Viol Espagne Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797904143
Espagne : "la meute" de cinq hommes condamnée à 15 ans pour viol en réunion
Espagne : "la meute" de cinq hommes condamnée à 15 ans pour viol en réunion
Les cinq hommes de "la meute" ont finalement écopé de 15 ans de prison chacun, pour "viol en réunion", après que les faits aient été requalifiés par la plus haute instance judiciaire espagnole, ce vendredi.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/espagne-la-meute-de-cinq-hommes-condamnee-a-15-ans-pour-viol-en-reunion-7797904143
2019-06-22 12:16:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/IufDHkyC1Qpf8ItqmTeL9g/330v220-2/online/image/2019/0622/7797904315_000-1hp8ys.jpg