2 min de lecture Tarn-et-Garonne

Double meurtre de Montauban : un homme passe aux aveux, le premier suspect libéré

Après une enquête de plusieurs semaines, le propriétaire de la maison où a eu lieu un double meurtre en novembre dernier, a été mis en examen ce jeudi 5 décembre. Le fils et petit ami des deux victimes, alors principal suspect, a été libéré.

La maison où ont été retrouvés le corps des deux victimes, à Montauban (Tarn-et-Garonne).
La maison où ont été retrouvés le corps des deux victimes, à Montauban (Tarn-et-Garonne). Crédit : Patrick Tejero
Noémie Grinberg et AFP

Revirement dans l’enquête d’un double meurtre commis le 14 novembre, à Montauban. Un homme de 57 ans a été mis en examen et écroué pour l'assassinat de deux femmes, à la suite, selon ses déclarations, d'une violente dispute à propos de "3.000 euros de loyers impayés", a indiqué ce jeudi le procureur Laurent Czernik dans un communiqué.


Un jeune homme de 17 ans, fils et petit ami des victimes, qui avait été mis en examen et placé en détention provisoire peu après le meurtre, a été remis en liberté. Le juge d'instruction va également "envisager" sa "démise en examen", précise le communiqué. 

Les corps de la mère, âgée de 38 ans, et de la petite amie, âgée de 18 ans, avaient été découverts dans une maison de Montauban. La mère gisait au rez-de-chaussée et présentait une plaie par arme à feu au niveau du cou, ainsi que de nombreuses plaies par coups de couteau. Le corps de la plus jeune était au premier étage, morte par arme à feu.

C'est le jeune homme, lui-même blessé à la main, qui avait donné l'alerte vers 4 heures. Il avait prévenu les voisins, affirmant qu'une tierce personne s'était introduite dans la maison, avait tué sa mère et sa petite amie. 

À lire aussi
Montauban, dans le Tarn-et-Garonne (82). homicide
Montauban : une femme tue sa compagne d'un coup de couteau

Plusieurs indices l’avaient alors mis en cause. D’abord l’absence de traces de lutte dans la maison, puis "la présence de résidus de tir sur le mineur, son sang retrouvé à divers endroits sur l’arme à feu", a listé le procureur. 

Mais lors d’une entrevue avec le juge d’instruction, le jeune homme a désigné le propriétaire de la maison comme étant le meurtrier. 

Le suspect est passé aux aveux

Devant les enquêteurs, ce dernier, habitant à Montauban et "vivant des revenus de la vingtaine d'appartements et biens immobiliers qu'il possédait dans cette ville" a expliqué "être venu en voiture dans la nuit pour réclamer les quelques 3.000 euros de loyers impayés par sa locataire", explique le communiqué. 

Il était armé d'un "fusil à canons juxtaposés" et de "brouilleurs pour l'empêcher [la locataire] d'appeler". "Il avait pris soin de charger deux cartouches et d'en prendre trois supplémentaires. Il affirmait que la conversation a dégénéré et qu'il s'était battu avec le fils de la victime". 

"Lors de l'affrontement, deux coups de feu étaient partis, blessant mortellement les deux femmes. Pour l'heure, ses aveux n'expliquaient pas les nombreux coups d'arme blanche reçus par une victime", selon le procureur. 

Plusieurs éléments ont permis de confondre le propriétaire. Son téléphone portable "était éteint la nuit des faits" et "une paire de lunettes supportant son ADN ainsi que celle de la plus jeune des victimes était retrouvée dans la chambre du jeune couple". 

De plus, "deux objets identifiés comme étant des antennes de brouilleurs de smartphones étaient également retrouvés dans cette chambre. Lors des perquisitions, trois autres antennes de brouilleurs issues de la même boîte étaient retrouvées à son domicile", selon le procureur. 

Enfin, "des prélèvements très rapidement analysés (...) permettaient d'identifier des traces de sang du mineur et de sa petite amie victime sur le volant du véhicule du mis en cause". 

Les investigations vont maintenant se poursuivre pour "définir le plus précisément possible" le déroulement des faits. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tarn-et-Garonne Montauban Meurtre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants