2 min de lecture Jihad

Djamel Beghal, mentor religieux des Kouachi et de Coulibaly, rejugé en Algérie

Symbole d'un islamisme mondialisé, Djamel Beghal est sorti ce lundi de prison. L'Algérien déchu de la nationalité française a été expulsé vers l'Algérie pour y être jugé. Il avait été condamné à 20 ans par contumace en 2003.

Djamel Beghal au Palais de justice de Paris en octobre 2014
Djamel Beghal au Palais de justice de Paris en octobre 2014 Crédit : BENOIT PEYRUCQ / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
et AFP

C'était annoncé depuis plusieurs jours. Lundi 16 juillet 2018, la figure de l'islamisme radical, Djamel Beghal est sorti de la prison de Vezin-le-Coquet, près de Rennes, après avoir purgé sa peine. 

Il avait été condamné à 10 ans de prison pour un projet d'évasion en 2010 de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien du Groupe islamique armé algérien (GIA) condamné à perpétuité pour l'attentat à la station RER Musée d'Orsay en 1995 à Paris. 

Dans la foulée de sa sortie de prison, il a été expulsé vers l'Algérie afin d'y être rejugé. Il avait été condamné par contumace en 2003 à 20 ans de réclusion pour appartenance à un groupe terroriste. Beghal sera "traduit devant les autorités judiciaires" afin d'"être rejugé" pour les faits ayant entraîné cette condamnation, prononcée "par le tribunal criminel d'Alger le 16 février 2003", selon une source proche du dossier.

Un mentor pour les terroristes de "Charlie Hebdo"

Djamel Beghal, Algérien de 52 ans, est considéré comme le mentor de Chérif Kouachi et d'Amédy Coulibaly, deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris. Lors de son jugement en 2005, il ne nie pas sa proximité avec le groupe terroriste al-Qaïda, selon Le Monde.

À lire aussi
Un avion de l'armée de l'air (illustration) armée
Mali : il faut "empêcher la création d'un État Islamique en Afrique", dit un ancien officier

Après près de 17 ans passés dans les prisons françaises, il est devenu une référence pour trois générations d'apprentis jihadistes. Déchu de la nationalité française, il est expulsé vers l'Algérie dans la foulée. 

Des liens créés en prison

C'est à la prison de Fleury-Mérogis, en région parisienne, qu'il fait la connaissance des futurs auteurs des tueries de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher de Vincennes. Selon les enquêteurs, il devient leur "mentor", respecté pour sa "science religieuse". 

Libéré en 2009, il est assigné à résidence dans le Cantal (centre), en attendant une possible expulsion - à laquelle s'oppose alors la CEDH. Amedy Coulibaly s'y rend un week-end par mois, subjugué par les discours de son mentor en religion. Il croise sur place Chérif Kouachi, petit frère de Saïd Kouachi, qui se rend aussi dans la campagne auvergnate à intervalles réguliers. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jihad Terrorisme Charlie Hebdo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants