4 min de lecture Faits divers

Disparus d'Orvault : le point sur l'enquête pour retrouver la famille Troadec

ÉCLAIRAGE - L'enquête sur la mystérieuse disparition, depuis deux semaines, de la famille Troadec a connu de nouveaux rebondissements jeudi 2 mars.

Des recherches à Dirinon (Finistère) dans l'affaire de la famille disparue d'Orvault, le 2 mars 2017
Des recherches à Dirinon (Finistère) dans l'affaire de la famille disparue d'Orvault, le 2 mars 2017 Crédit : FRED TANNEAU / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
et Philippe Peyre

Le mystère autour de la famille Troadec reste entier. Alors qu'aucun des membres de cette famille de 4 personnes n'a donné signe de vie depuis le 16 février, plusieurs éléments ont été découverts cette semaine. Dès le début de l'affaire, les enquêteurs avaient mis la main sur un téléphone portable souillé de sang et découvert de nombreuses taches de sang dans le pavillon familial. Des traces, dont certaines essuyées, qui laissent penser à une scène de violences. On sait d'ores et déjà qu'elles appartiennent au père, à la mère (tous les deux âgés de 49 ans) et au fils (21 ans), mais le sang de la fille (18 ans) n'a jusqu'à présent pas été identifié. 

Depuis, aucun élément n'était venu aider les enquêteurs à éclaircir cette mystérieuse disparition. On sait seulement que Pascal et Brigitte Troadec envisageaient de partir en voyage. Le couple avait réservé des billets d'avion à destination du Portugal, datés du 10 avril 2017.

La carte bancaire de la fille n'a pas été détournée

Il a fallu attendre le 1er mars et la découverte d'effets personnels appartenant à Charlotte, la fille. Une carte vitale et un pantalon ont en effet été retrouvés près de Brest, à plus de 250 kilomètres du domicile des Troadec. Le procureur nous apprend le 3 mars que la carte bancaire de Charlotte fait, elle aussi, partie des pièces retrouvées. Accompagnée de sa mère, la jeune femme avait fait opposition à la banque le 16 février. La carte bancaire n'a pas été détournée par son frère lors d'un achat effectué sur une plateforme de jeux vidéo. Le lendemain, tous les téléphones portables des membres de la famille se sont éteints les uns à la suite des autres. Le dernier appareil a été arrêté le 17 février à 3h12.

La voiture du fils retrouvée à Saint-Nazaire

Au lendemain de cette découverte, alors qu'il recherchaient activement le véhicule de Sébastien, le fils, les enquêteurs ont fini par mettre la main dessus. La voiture, une Peugeot 308 gris clair, a été découverte dans la matinée du 2 mars, sans corps à l'intérieur, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). D'après les premières constatations des enquêteurs, aucun indice n'a été trouvé dans ce véhicule retrouvé garé sur le parking d'une église, près de la zone portuaire de cette ville avec laquelle la famille n'a aucun lien. La voiture a été vue pour la dernière fois devant le domicile des Troadec le 24 février, soit une semaine avant sa découverte.

À lire aussi
Bordeaux faits divers
Bordeaux : une femme retrouvée morte avec un couteau dans le thorax

Selon nos informations, des traces de sang ont été retrouvées dans le coffre de la voiture. Ces traces, qui avaient été nettoyées, ont été dévoilées grâce aux examens de la police scientifique. À noter que le tapis de sol a disparu. Lors d'une conférence de presse organisée le 3 mars, Pierre Senes, procureur, a indiqué qu'il ne communiquerait pas "en temps réel" les résultats des analyses faisant état ou non de la présence de sang dans le véhicule.

Un livret scolaire et un drap

Si la voiture n'est pour l'instant d'aucune aide pour les enquêteurs, les recherches menées dans le secteur de Dirinon, près de Brest, ont permis de mettre la main sur un livret scolaire qui appartient au père de famille. L'ouvrage a été retrouvé à 1,9 kilomètres du lieu de la découverte du pantalon de la fille. Un drap a également été saisi dans le secteur de cette déchetterie, à l'entrée de Loperhet.

L'entrée de la déchetterie verte dans la zone artisanale de Coadic où un livre au nom de Pascal Troadec a été retrouvé
L'entrée de la déchetterie verte dans la zone artisanale de Coadic où un livre au nom de Pascal Troadec a été retrouvé Crédit : Patrice Gabard / RTL

Selon une autre source, une carte bancaire a été retrouvée dans le pantalon de Charlotte Troadec mais rien n'indique qui en est le détenteur. Alors que les recherches étaient principalement centrées autour de Dirinon, jeudi 2 mars, elles ont ensuite été élargies à un périmètre de 7km2 avant d'être arrêtées à la nuit tombée. "Au total, 80 gendarmes dont 38 élèves ont été mobilisés pour effectuer des recherches dans cette zone", a déclaré Gilles Doris, officier de communication de la gendarmerie pour la zone de défense Ouest.  

Il pourrait y avoir des survivants

Le procureur croit dans l'hypothèse, selon laquelle certains membres de la famille recherchée sont encore en vie. Il n'exclut, par ailleurs, ni "un drame familial" ni "l'intervention d'un tiers". Depuis lundi dernier, deux magistrats instructeurs sont chargés d'instruire cette affaire criminelle. (...) Leur travail est de mener les investigations qui doivent nous permettre, nous le souhaitons tous, d'interpeller un ou plusieurs criminels, je n'en sais rien, de découvrir une ou plusieurs victimes, je n'en sais rien, des victimes dont on ne peut pas exclure encore tout à fait aujourd'hui que peut-être certaines sont encore en vie", a dit le procureur Pierre Sennès.

Dans l'hypothèse où le pire serait arrivé, des recherches pour découvrir d'éventuels cadavres sont menées. Un hélicoptère doté de caméras thermiques ainsi que 15 motards ont été mobilisés dans le cadre de ces recherches. L'ensemble de la zone côtière à proximité de Dirinon a également été passée au peigne fin par hélicoptère et avec l'aide d'une brigade nautique. 

L'étang du Roual, à Dirinon, a été exploré mais rien n'est remonté à la surface. "Une dizaine de points d'eau au total vont être explorés" dans les prochains jours, a précisé Gilles Doris. Les recherches ont repris vendredi 3 mars avec principalement la brigade nautique et des plongeurs. 

Le profil du fils interroge les enquêteurs

Alors qu'une procédure pour "homicides volontaires, enlèvements et séquestrations" a été ouverte, les enquêteurs s'intéressent tout particulièrement au fils, âgé de 21 ans, dont le profil a été qualifié d'"instable"Selon les informations du Parisien, le jeune étudiant en BTS Informatique aurait "pété les plombs" en menaçant de mort une personne. Il aurait même écopé de travaux d’intérêt général pour harcèlement. Autres éléments troublants : alors que c'est son véhicule qui avait disparu, c'est également son téléphone portable - retrouvé ensanglanté au domicile de la famille - qui a cessé d'émettre en dernier dans la soirée du 17 février.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Loire-Atlantique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants