2 min de lecture Nordahl Lelandais

Disparition de Maëlys : les dernières avancées de l'enquête

Une semaine après la disparition de la fillette, le procureur adjoint de Grenoble a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire. Deux juges d'instruction ont été saisis.

La riviers Le Guiers a été sondée dans le cadre des recherches pour retrouver la petite Maëlys.
La riviers Le Guiers a été sondée dans le cadre des recherches pour retrouver la petite Maëlys. Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

Toujours aucune trace de Maëlys. Une semaine après la disparition de la petite fille de 9 ans lors d'une soirée de mariage en Isère, l'enquête se poursuit. 

Une semaine après la disparition de la petite Maëlys, l'enquête a soudainement progressé dimanche avec la mise en examen pour enlèvement et l'incarcération d'une des deux personnes qui avaient été mises en garde à vue et relâchées dans cette affaire. Le Parquet a indiqué qu'il s'agissait d'un homme de 34 ans présent au mariage au cours duquel Maëlys, 9 ans, avait disparu dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 août à Pont-de Beauvoisin (Isère), où elle assistait à un mariage en compagnie de ses parents. 

"L'objectif absolu, prioritaire, c'est de retrouver Maëlys", a martelé le procureur adjoint de Grenoble, Laurent Becuywe, lors d'une conférence de presse. "Simultanément, l'investigation judiciaire se poursuit", a-t-il ajouté ce samedi 2 septembre. Il a d'ailleurs annoncé l'ouverture d'une information judiciaire contre X pour "enlèvement et séquestration d'un mineur de moins de 15 ans". Deux juges d'instruction ont été saisis. Pour justifier le changement de cadre juridique, il a ainsi expliqué : "Le temps s'étant écoulé, le cadre de la disparition en flagrance n'est plus judiciairement le cadre le plus adapté". 

"Aucune piste n'est à exclure", a insisté Laurent Becuywe. Depuis le début des investigations, pas moins de 250 personnes ont été interrogées, et une quarantaine de perquisitions ont été réalisées, a rappelé le procureur adjoint. Mais rien n'a permis d'aboutir à une avancée significative de l'enquête. Vendredi 1er septembre dans la soirée, les deux hommes en garde à vue ont été relâchés. "En l'état du dossier, aucune charge ne pèse sur eux", a expliqué Laurent Becuywe. "Les deux personnes ont été remises en liberté et se sont expliquées". 

À lire aussi
Nordahl Lelandais justice
Nordahl Lelandais "nous a bousillés", témoignent ses cousins

Ce samedi 2 septembre, les habitants de la région de Pont-de-Beauvoisin, où Maëlys a disparu, ont eux aussi tenté de faire avancer l'enquête. Après un appel lancé sur les réseaux sociaux, plusieurs centaines de personnes se sont réunies pour participer à une "battue citoyenne" dans l'espoir de retrouver la petite fille. Tous munis de gilets jaunes et de cartes topographiques, ils ont commencé par fouiller les alentours de la salle des fêtes. Après d'intenses recherches, rien n'a été trouvé. "Je préfère toujours être optimiste que pessimiste", a expliqué à l'AFP l'un des participants. "Ce qu'on cherche surtout à éviter, c'est que l'affaire ne soit jamais réglée, qu'on ne sache pas ce qui s'est passé". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nordahl Lelandais Disparition de Maëlys Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants