1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Des cercueils scellés avant l'arrivée des familles dans un Ehpad du Doubs
1 min de lecture

Des cercueils scellés avant l'arrivée des familles dans un Ehpad du Doubs

C'est un événement qui serait arrivé au moins deux fois dans un Ehpad du Doubs : le cercueil de pensionnaires décédés auraient été scellés avant même l'arrivée des familles.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Des cercueils scellés avant l'arrivée des familles dans un Ehpad du Doux
04:19
La Revue de Presse du 12 mars 2020
04:19
Amandine Bégot - édité par Marie Gingault

Des cercueils scellés avant même l'arrivée des familles, c'est ce qu"il s'est passé ces derniers jours dans un Ehpad de Thise, dans le Doubs. Selon l'Est Républicain, cet événement se serait produit au moins, à deux reprises.

Le journal raconte avoir été alerté par un homme dont l'oncle est décédé mardi à l'age de 93 ans. Ce jour là, l'homme raconte que les enfants du pensionnaire ont appelé la maison de retraite en milieu de journée. Un membre du personnel leur a répondu que leur père avait déjeuné et qu'il dormait. Seulement une heure plus tard leur père était mort.

Le décès de l'homme n'a pas vraiment été une surprise pour cette famille, explique l'Est Républicain. En effet le nonagénaire était très affaibli. La suite en revanche interpelle : quand la fille du défunt demande à le voir une dernière fois, on lui refuse et pour cause, le cercueil a déjà été scellé.

Une mesure préventive ?

Le défunt a en effet bénéficié d'une mise en bière immédiate. Il a été déshabillé, puis habillé d'une blouse blanche avant d'être placé dans un sac étanche, raconte son neveu, avant que son cercueil ne soit refermé définitivement.

À lire aussi

Il s'agirait d'une mesure préventive pour cas de pathologie contagieuse. La directrice de l'Ephad explique que l'homme présentait les symptômes du coronavirus. Cependant il est impossible d'avoir la certitude qu'il était contaminé ou que ce décès y soit lié, puis que l'homme n'a jamais été testé.

D'après un médecin qui témoigne de façon anonyme, il a été décidé de ne plus pratiquer de dépistage systématique dans cet établissement, et ce depuis le 6 mars et la découverte de dix cas avérés.

A l'heure actuelle, 29 résidents de cet Ehpad seraient porteurs des symptômes. Difficile d'en savoir beaucoup plus. L'Est Républicain explique que depuis plusieurs jours les visites sont interdites. À travers les vitres de l'établissement, on distingue juste des personnes équipées de masques et de blouses blanche en plastique. "La situation est très grave" se désole un médecin.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/