1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Démantèlement d'un vaste réseau de proxénètes chinois sur tout le territoire
1 min de lecture

Démantèlement d'un vaste réseau de proxénètes chinois sur tout le territoire

Les dix personnes ont été interpellées le 30 novembre lors d'une opération qui a aussi permis de saisir 70.000 euros.

Une voiture de police (illustration)
Une voiture de police (illustration)
Crédit : Julien Mattia / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
Étienne Bianchi & AFP

Dix personnes de nationalité chinoise soupçonnées d'appartenir à un réseau qui "exploitait sexuellement" une cinquantaine de femmes ont été interpellées la semaine dernière et mises en examen, notamment pour proxénétisme aggravé, a-t-on appris mercredi 8 décembre de sources concordantes.

Ce réseau, composé d'une dizaine de femmes et d'hommes, était "très structuré" avec des "rôles bien répartis" sur tout le territoire français, selon Elvire Arrighi, la cheffe de l'Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH).

"Ces personnes mises en cause payaient les billet de train, louaient les appartements, géraient les agendas et les annonces en ligne des victimes", a précisé la responsable de l'OCRTEH, précisant qu'elles étaient une cinquantaine identifiées dans toute la France.

"Souvent en situation irrégulière, les victimes sont difficiles à secourir et à aider car elles ne reconnaissent pas leur statut de victime et ne veulent pas porter plainte alors que les conditions de traite sont sordides", a encore déclaré Elvire Arrighi. Les dix personnes ont été interpellées le 30 novembre lors d'une opération qui a aussi permis de saisir 70.000 euros.

À lire aussi

Dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en septembre 2020 pour proxénétisme aggravé, traite des êtres humains en bande organisée, mise à disposition de local privé pour des activités de prostitution et blanchiment aggravé, trois personnes ont été mises en examen le 2 décembre, quatre autres le 3 décembre et trois le 6 décembre, selon une source judiciaire.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/