1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Crack à Paris : "On aurait pu mieux faire collectivement", reconnait la mairie
1 min de lecture

Crack à Paris : "On aurait pu mieux faire collectivement", reconnait la mairie

INVITÉ RTL - Par la voix de son premier adjoint, Emmanuel Grégoire, la mairie de Paris a réagi à l'évacuation d'une cinquantaine de consommateurs de crack dans le XIXe arrondissement, vendredi 24 septembre et regretté la construction d'un mur entre Paris et Pantin, "une mauvaise décision".

Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris.
Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris.
Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
Crack à Paris : "On aurait pu mieux faire collectivement", reconnait la mairie
04:13
Julien Sellier - édité par Quentin Marchal

Alors qu'une cinquantaine de consommateurs de crack ont été déplacés des jardins d'Eole, dans le XIXe arrondissement de Paris, vers le square de la Porte de la Villette, vendredi 24 septembre, le premier adjoint de la mairie de la capitale, Emmanuel Grégoire, a reconnu qu'"on (les acteurs publics) aurait pu mieux faire collectivement" et estimé que "le cœur du problème est d'accompagner individuellement les consommateurs". "L'injonction de soins n'est pas suffisante pour résoudre ce problème", a-t-il précisé.

"Nous avons regretté qu'il y ait une éviction un peu sèche, c'est à dire uniquement sécuritaire, de la rue Riquet mais en même temps, c'était nécessaire de le faire", a-t-il ajouté. "On aurait sans doute pu mieux la préparer collectivement pour éviter de le reproduire porte de la Villette où nous demandons des garanties à deux niveaux : que la police se mette en situation d'éviter les nuisances de proximité et qu'on mette en place un dispositif de salles d'accompagnement pour les prendre en charge individuellement", a également indiqué l'édile.

Concernant cette évacuation, la quatrième en seulement deux ans dans un rayon de deux kilomètres, Emmanuel Grégoire est également revenu sur la polémique suscitée par la construction d’un mur entre Paris et Pantin, pour éviter que les consommateurs de crack évacués ne s’approchent des zones habitées. "Quand vous érigez des murs pour protéger les citoyens, c'est incontestablement que vous avez raté quelque chose", a-t-il regretté en ajoutant que "c'était une mauvaise décision".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/