1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Contrôle des fonctionnaires de l'Éducation nationale : "Il vaut mieux prendre plus de précautions", dit la présidente de la PEEP
1 min de lecture

Contrôle des fonctionnaires de l'Éducation nationale : "Il vaut mieux prendre plus de précautions", dit la présidente de la PEEP

REPLAY - INVITÉE RTL - Le gouvernement veut pouvoir vérifier le casier judiciaire de tous les agents publics en contact avec les mineurs, enfants et adolescents.

Une salle de classe (illustration)
Une salle de classe (illustration)
Crédit : AFP / Nicolas Peschier
Contrôle des fonctionnaires de l'Éducation nationale : "Il vaut mieux prendre plus de précautions", dit la présidente de la PEEP
06:24
Contrôle des fonctionnaires de l'Éducation nationale : "Il vaut mieux prendre plus de précaution ", dit la présidente de la PEEP
07:38
Marie-Pierre Haddad

L'Éducation nationale a décidé de fouiller dans le passé de ses fonctionnaires en contact avec des mineurs, enfants ou adolescents. Un décret s'apprête à être publié pour vérifier les casiers judiciaires. Pour le moment, ces casiers judiciaires ne sont consultés qu'à deux moments : à la première embauche et lorsqu'il y a une sanction disciplinaire. Ce décret va partir ce jeudi 24 septembre au matin au conseil d'État. 

Selon Valérie Marty, présidente de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP), "on avait demandé concernant la réforme des rythmes scolaires que l'on puisse vérifier les casiers judiciaires des animateurs. Normalement, ils seront aussi concernés par ce contrôle. Ça nous paraît nécessaire mais compliqué. Il faut que ce contrôle se fasse sur tous". Il faut avoir "un comportement complètement irréprochable. Les parents ne comprendraient pas", ajoute-t-elle. 

Cette opération va révéler des personnes ayant déjà été condamnées et qui ont payé purger leur peine sans récidiver. "On doit passer par là, si on veut que nos enfants soient en complète sécurité. Il y a une double peine, mais il faut en passer par là (...) Il vaut mieux prendre plus de précaution que de risque", estime Valérie Marty. Quant aux précautions à prendre, la présidente de la PEEP explique que ce système peut être élargie aux personnes étant à l'origine d'actes de violence, même si cela "paraît compliqué", reconnaît-elle.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/