2 min de lecture Confinement

Confinement : hausse de 20% des appels signalant des violences sur enfants

Le secrétaire d'État à la Protection de l'Enfance a annoncé que le nombre d'appels au 119 était en hausse de 20% depuis le début du confinement.

Une fessée (illustration)
Une fessée (illustration) Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

Depuis le début du confinement, la ligne téléphonique "Allo enfance en danger" (119) a reçu 20% d'appels en plus, a annoncé ce jeudi 9 avril à l'AFP Adrien Taquet. 

Le secrétaire d'État à la Protection de l'enfance s'est dit "vigilant" et "inquiet", d'autant plus que les appels au 119 considérés comme urgents ont même augmenté de 60%, selon des données issues d'une comparaison entre les trois premières semaines du confinement (du 18 mars au 6 avril) et une période équivalente en février (du 12 février au 2 mars). 

C'est surtout à partir de la deuxième semaine de confinement que les appels ont augmenté, et encore plus à partir de la troisième (+53% par rapport à la première). Les responsables du "119" interprètent ces hausses comme un effet des campagnes lancées fin mars/début avril via réseaux sociaux, radio et télévision, pour inciter les victimes et d'éventuels témoins à se signaler.

Le confinement est davantage propice aux violences

Adrien Taquet, secrétaire d'État à la Protection de l'enfance
Partager la citation

"Il n'y avait pas de raison que ces chiffres n'évoluent pas car on sait que le confinement est davantage propice aux violences", a commenté le secrétaire d'État. "On aurait pu toutefois craindre que la période soit également moins propice au signalement des situations problématiques, d'une part parce que les enfants victimes sont confinés avec les parents maltraitants, d'autre part parce que les enseignants ou autres entraîneurs sportifs ne sont plus en situation de tirer la sonnette d'alarme, a-t-il relevé.

À lire aussi
Beaucoup de marchés de producteurs ont été annulés pendant le confinement (illustration). solidarité
Confinement : dans l'Aude, la Maison Paysanne épaule les producteurs

Dans le détail, le nombre d'appels au 119 émanant de mineurs voulant alerter sur leur propre situation de danger a augmenté de 34%. On compte également 36% d'appels en plus émanant de "camarades" d'enfants maltraités (probablement mis au courant car les enfants communiquent entre eux pendant le confinement par SMS et via les réseaux sociaux), et 30% en plus émanant de voisins.

Un dispositif par internet ou par sms

Le gouvernement et les associations ont "démultiplié les canaux de signalement" depuis le début de la crise épidémique, a affirmé Adrien Taquet. Ainsi, depuis la semaine dernière, la ligne téléphonique 119 est doublée d'un service de signalement par écrit des violences, sur internet. Ce dispositif, destiné aux victimes qui ne pourraient s'isoler pour appeler à l'aide, a été utilisé à 130 reprises en moins d'une semaine. Vingt-six dossiers ont fait l'objet d'un signalement.

En outre, quatre enfants ont signalé des violences par SMS (au numéro d'urgence 114) et deux de ces cas ont donné lieu à des interventions urgentes.

Sous le slogan "#EntendonsLeursCris", l'Unicef France et le collectif féministe #NousToutes ont lancé mercredi une campagne d'information et de sensibilisation, notamment sur internet, pour faire connaître le numéro 119 et encourager les victimes à appeler à l'aide. Les organisateurs ont rappelé que, chaque année, plus de 50.000 enfants et adolescents sont victimes de violences physiques, sexuelles et psychologiques. 

L'affiche de la campagne de l'Unicef et de NousToutes
L'affiche de la campagne de l'Unicef et de NousToutes Crédit : Capture d'écran Unicef
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confinement Coronavirus Violence
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants