2 min de lecture Médecine

Comment une femme en état de mort cérébrale a-t-elle pu donner naissance à un bébé?

DÉCRYPTAGE - Une Tchèque en état de mort cérébrale depuis 117 jours a donné naissance en août à une petite fille en bonne santé à Brno. Le professeur Israël Nisand nous aide à comprendre comment une telle prouesse est possible.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Comment une femme en état de mort cérébrale a-t-elle pu donner naissance à un bébé? Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Thomas Pierre
Thomas Pierre et Yves Calvi

C'est une naissance rarissime. Quand Eliska a vu le jour à Brno, en République tchèque, elle mesurait 42 centimètres et pesait 2,13 kilogrammes. Un bébé en bonne santé, sauf que dans cette accouchement, sa maman Eva était, elle, en état de mort cérébrale depuis 117 jours. 

Le 21 avril, cette jeune Tchèque de 27 ans, alors enceinte de 16 semaines, avait été retrouvée inconsciente chez elle. Eva Votavova avait été diagnostiquée en 2016 comme souffrant d'une malformation artério-veineuse dans le cerveau. "Eliska est née par césarienne durant la 34ème semaine de grossesse" a expliqué Roman Gal, anesthésiste en chef à l'Hôpital universitaire de Bro. 

Une prouesse médicale obtenue grâce au maintien des organes de la maman en fonction, en particulier son cœur, ses poumons et ses reins. Durant toute la grossesse, les infirmières ont parlé au fœtus. Sa grand-mère lui a aussi lu des histoires et un thérapeute bougeait les jambes de la maman pour simuler la marche. 

"Le corps n'est pas mort"

Mais comment une femme morte depuis quatre mois a-t-elle pu donner naissance à un bébé ? "Le cerveau est mort, mais le corps n'est pas mort", affirme le professeur Israël Nisand, chef du service gynécologique des hôpitaux de Strasbourg et invité de RTL. "Il assure les fonctions vitales indispensables au fœtus". 

À lire aussi
La faculté de médecine de Paris-Descartes. Paris
Le centre anatomique de Paris-Descartes, au cœur d'un scandale, cambriolé

"Le développement de l'enfant est suivi entièrement par échographie", ajoute ce spécialiste. "On est capable d'apprécier le bien-être d'un fœtus : ses mouvements, sa respiration, sa vascularisation, sa croissance. "On est capable de dire rapidement s'il y a une intégrité du fœtus, notamment au niveau cérébral", assure-t-il encore. 

On suppute d'autres contacts entre la mère et l'enfant"

Prof. Israël Nisand, chef du service gynécologique des hôpitaux de Strasbourg
Partager la citation

Ce qui est notable dans cette naissance, c'est que l'enfant est né prématuré à environ huit mois avec un poids et la maturité (42 cm, 2,13 kg), parmi les plus élevés obtenus pour un bébé né dans de telles conditions. "On connaît certains échanges entre le fœtus et sa mère: oxygène, évacuation de gaz carbonique, apport de nourriture (sucres, protéines) qui se font au travers du placenta", explique Israël Nisand. 

"En revanche, on suppute d'autres contacts entre la mère et l'enfant. On sait qu'ils existent, mais on ne sait pas en mesurer les effets", ajoute-t-il. "Il est évident qu'il y a un contact entre la mère et son enfant, mais quand il n'y en a pas, comme dans ce cas-là, on est incapable de dire quelles seront les conséquences", ajoute le président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français. 

Eliska est restée deux semaines supplémentaires à l'hôpital puis son père l'a ramenée à la maison où l'attendait son grand-frère. Le bébé est actuellement nourri au sein par sa tante paternelle qui a également eu un bébé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médecine République tchèque Accouchement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants