3 min de lecture Terrorisme

Marseille : ce que l’on sait de l’attaque au couteau à la gare Saint-Charles

Un homme a assassiné deux jeunes femmes à la gare Saint-Charles avant d’être abattu par la police.

Des voitures de police à l'entrée de la gare Saint-Charles (Marseille) dimanche 1er octobre.
Des voitures de police à l'entrée de la gare Saint-Charles (Marseille) dimanche 1er octobre. Crédit : Claude Paris/AP/SIPA
109117333772423871640
Geoffroy Lang

La ville de Marseille est sous le choc après l'attaque qui s’est produite ce dimanche 1er octobre en début d’après-midi au sein de la mythique gare de Saint-Charles. Deux jeunes femmes ont été tuées à coups de couteau par un homme sur le parvis de la gare, avant que l’assaillant ne soit abattu par des militaires de l’opération Sentinelle.

L'enquête, confiée au parquet antiterroriste de Paris, en plus du parquet de Marseille, doit encore établir s'il s'agit bien d'un acte terroriste, a déclaré sur place le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. "À partir du moment où le parquet antiterroriste a été saisi, c'est qu'il y a cette possibilité, mais aujourd'hui nous ne pouvons l'affirmer de façon assurée", a insisté le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. 

Que s’est-il passé ?

Les faits se sont produits à l'extérieur de la gare, sur le parvis, en haut des 104 marches de l'Escalier Monumental. Après sept minutes d'attente assis sur un banc sur le parvis de la gare Saint-Charles, à 13h45, il s'est levé et dirigé vers une première victime à laquelle il a porté plusieurs coups de couteau avant de partir en courant puis, il est revenu sur ses pas et a agressé une deuxième victime à qui il a pareillement asséné plusieurs violents coups de couteau.

À lire aussi
Le portrait de Xavier Jugelé, le policier tué dans l'attaque terroriste sur les Champs-Élysées le 20 avril 2017. terrorisme
Les actualités de 7h30 : Xavier Jugelé était assassiné il y a deux ans

Une dizaine d'auditions de témoins étaient en cours dans la soirée, alors que plusieurs ont rapporté avoir entendu l'assaillant, âgé d'une trentaine d'années, crier "Allahou Akbar" lorsqu’il a attaqué les deux jeunes femmes selon plusieurs témoins. Il se serait ensuite dirigé vers un militaire de l’opération Sentinelle qui l’avait mis en joue. Après plusieurs sommations, le militaire a alors ouvert le feu avec son Famas et abattu l’assaillant. La scène a provoqué un bref mouvement de panique aux abords de la gare.

La gare a été paralysée et le trafic des trains interrompu pour permettre aux importants moyens de police de travailler. 200 policiers ont été déployés aux abords de la gare pour boucler le quartier. Le trafic ferroviaire a été immédiatement interrompu avant de reprendre peu à peu à partir de 18h30, mais la SNCF a annoncé "des retards importants".

Qui était l’assaillant ?

Connu pour des faits de droit commun, sous plusieurs identités, l'assaillant n'avait "pas de papiers sur lui". Selon nos informations, l’assaillant avait été arrêté à plusieurs reprises pour des petits faits type conduite sans permis, vols à l’étalage, vols simples et petits délits liés aux stupéfiants. On retrouve sa trace à Grenoble, Besançon, et sa dernière interpellation pour vol est de cette année en 2017 à Lyon.

Au cours de ses différentes interpellations, il a parfois dit qu’il était Algérien, Marocain ou Tunisien. Connu depuis 2005 sous sept identités des services de police, l'assaillant, un étranger en situation irrégulière, avait été interpellé vendredi à Lyon pour vol à l'étalage. Dans le cadre de sa garde à vue, "il a alors présenté un passeport tunisien délivré le 18 novembre 2014 au nom de Ahmed H., né le 9 novembre 1987 à Bizerte en Tunisie", a dit le procureur François Molins lors d'une conférence de presse. Des investigations sont "en cours pour s'assurer de l'authenticité" du passeport, qu'il n'avait pas sur lui au moment de l'attaque à Marseille.

Lors de sa dernière garde à vue, à Lyon, l'assaillant s'était dit "sans domicile fixe et sans emploi autre que des missions non déclarées comme peintre", "consommateurs de drogues dures" et "divorcé".

Quelle va être la suite des événements ?

L’enquête a été ouverte pour assassinats et pour tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique, et selon des sources proches, la piste terroriste est privilégiée. "Pour moi, c'est un attentat", a déclaré le maire LR de Marseille, Jean-Claude Gaudin, présent à côté du ministre de l’Intérieur ce dimanche après-midi. Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont rapidement fait part de leur émotion. "Profondément indigné par cet acte barbare, en peine avec les familles et les proches des victimes de Marseille", a tweeté le président de la République.

Le président de la région Paca Renaud Muselier (LR) a déploré "un acte barbare". "Marseille pleure avec ses pauvres victimes. L'assassin aussi répugnant que ses motifs", a écrit le député de Marseille et chef de file de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon. Marine Le Pen a quant à elle dénoncé "le terrorisme", qui est "un acte de guerre contre notre pays". "La vraie liberté, c'est la sécurité", a tweeté la sénatrice PS des quartiers nord Samia Ghali, faisant le lien avec le projet de loi antiterroriste, qui "doit nous permettre d'être plus efficaces".

Dans l'attente de l'adoption de ce texte, le gouvernement a renouvelé jusqu'au 1er novembre l'état d'urgence, sur fond de menace très élevée en France, frappée depuis 2015 par une série d'attentats islamistes qui ont fait 239 morts.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Faits divers Marseille
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790306048
Marseille : ce que l’on sait de l’attaque au couteau à la gare Saint-Charles
Marseille : ce que l’on sait de l’attaque au couteau à la gare Saint-Charles
Un homme a assassiné deux jeunes femmes à la gare Saint-Charles avant d’être abattu par la police.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/ce-que-l-on-sait-de-l-attaque-au-couteau-a-marseille-7790306048
2017-10-01 22:11:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/B45ZbVhBobdA-3l96r1fDQ/330v220-2/online/image/2017/1001/7790306117_des-voitures-de-police-a-l-entree-de-la-gare-saint-charles-marseille-dimanche-1er-octobre.jpg