1 min de lecture Faits divers

Brest : il frappe sa femme avec une bible, l'insulte et se retrouve en prison

Le suspect, qui vit avec sa femme "selon les préceptes de la loi de Dieu", a été condamné à deux ans de prison ferme.

Deux ans de prison ferme pour avoir frappé sa femme avec une bible
Deux ans de prison ferme pour avoir frappé sa femme avec une bible Crédit : RADEK MICA / AFP
lucie valais
Lucie Valais
Journaliste

Une "dispute spirituelle". Voilà ce qui aurait poussé un quadragénaire à frapper sa femme, à coup de bible. Mardi 22 août, l'homme se présente au tribunal de Brest pour son jugement en comparution immédiate. En cause, les violences faites à sa femme le 20 août dernier, lors d'une dispute au domicile du couple, marié depuis 12 ans, à Morlaix. "L’homme, sous l’emprise de stupéfiants, frappe sa femme avec une bible, qu’il lui met dans la bouche. (...) Il finit par lui jeter du produit désinfectant au visage, et profère des insultes", rapporte le quotidien local Ouest-France.

C'est la fille du mari qui a appelé la police. Auditionnée au commissariat, la femme montre de nombreuses bosses et hématomes sur le corps. Elle explique alors à la police qu'elle vit avec son mari "selon les préceptes de la loi de Dieu", avant d'ajouter : "mon mari a autorité pour me remettre dans le droit chemin", rapporte Ouest France. Si la victime a refusé de porter plainte, le parquet avance toutefois la nécessité de "protéger cette femme malgré elle".

L'homme quant à lui, dans le box des accusés, a dénoncé "un tissu de mensonges". Le suspect, récidiviste, a été condamné à deux ans de prison ferme. Une décision contestée par l'individu, qui a promis de porter plainte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Religions Brest
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants