1 min de lecture Faits divers

Besançon : un homme roule avec son ex-femme sur le capot de sa voiture

VU DANS LA PRESSE - L'homme d'une quarantaine d'années était venu chercher sa fille, dont il n'a plus la garde, devant son collège. La mère s'est interposée.

La ville de Besançon est située dans le Doubs
La ville de Besançon est située dans le Doubs Crédit : RTL
Noé Blouin

Un homme d'une quarantaine d'années est suspecté d'avoir blessé son ex-femme à Besançon, dans le Doubs. Le vendredi 20 septembre dernier, l'homme, qui n'a plus la garde de sa fille depuis son divorce, aurait tenté d'enlever cette dernière alors qu'elle venait d'arriver à son collège.

Témoin de la scène, une camarade aurait alerté la mère, qui venait juste de déposer sa fille devant l'établissement. La femme se serait alors mise à la poursuite de son ex-conjoint, essayant d'ouvrir la porte de la voiture. L'homme aurait alors accéléré, propulsant la mère, accrochée au rétroviseur, sur le capot du véhicule en marche. Elle aurait ensuite chuté, selon les faits rapportés par L'Est Républicain.

Toujours d'après le journal, la femme a dû être hospitalisée pour des blessures aux membres inférieurs. Elle a bénéficié d'un arrêt de travail de trois jours. Appréhendé un peu plus tard par les gendarmes, l'homme a raconté que son ex-compagne s'était jetée délibérément sur sa voiture. Une version démentie par plusieurs témoins de la scène.

D'après la vice-procureure de la République, Margaret Parietti, le présumé coupable a déjà été condamné cet été pour des violences à l'encontre de son ancienne femme. L'Est Républicain précise qu'il sera jugé dans les jours à venir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Cour de justice de l'Union européenne Violences conjugales
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants