2 min de lecture Faits divers

Besançon : l'homme qui aurait tiré sur un adolescent de 17 ans a été interpellé

L'homme soupçonné d'avoir tiré sur un adolescent de 17 ans à Besançon dimanche 17 mai, a été interpellé ce lundi. Âgé de 23 ans, le suspect est déjà connu de la justice pour des faits de violence et des affaires de stupéfiants.

La ville de Besançon est située dans le Doubs.
La ville de Besançon est située dans le Doubs. Crédit : RTL
Marie Gingault et AFP

Dimanche 17 mai, un adolescent de 17 ans est décédé après s'être fait tiré dessus dans le quartier sensible de Planoise à Besançon. En fuite depuis le drame, le tireur présumé a été interpellé à la mi-journée ce lundi, révèlent des sources policières. 


Âgé de 23 ans, le suspect est un habitant de Planoise et est déjà connu de la justice pour des faits de violence et des affaires de stupéfiants. D'après les premiers éléments de l'enquête, il semblerait que le drame découle d'un différend entre la victime et son agresseur au pied d'une barre d'immeuble. Le jeune homme de 23 ans l'aurait tué avec une arme de poing, à visage découvert. Touchée au thorax, la victime est décédée aux alentours de 19h30 le dimanche. 

Le tireur présumé a été placé en garde à vue au commissariat de Besançon et les trois autres personnes qui se trouvaient avec lui dans une voiture au moment des faits sont toujours interrogées par les policiers. 

Un couvre-feu instauré mi-mars

L'enquête a été confiée à la police judiciaire, co-saisie avec la sûreté départementale de Besançon. Ce n'est pas la première fois que de tels événements se produisent dans ce quartier de la ville, lieu supposé de trafic de stupéfiants. Une situation qui avait par ailleurs conduit la préfecture du Doubs à instaurer un couvre-feu pour les mineurs de moins de 16 ans, mi-mars.

À lire aussi
Un garçon lisant le Coran (illustration). faits divers
Algérie : une fillette de 10 ans torturée à mort lors d'une séance d'exorcisme

La députée LaREM du Doubs, Fanette Charvier, a écrit au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, pour réclamer des "mesures pérennes et globales" afin de "lutter efficacement contre la mainmise des trafiquants de drogue et de garantir la sérénité du quartier au quotidien", a-t-elle fait valoir en soulignant le contexte actuel. "Les familles du quartier ont peur pour leurs enfants, dans un contexte où la peur liée à la crise du coronavirus est déjà forte". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Besançon Meurtre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants