1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Belgique : Daesh revendique l'agression contre les deux policières à Charleroi
1 min de lecture

Belgique : Daesh revendique l'agression contre les deux policières à Charleroi

Deux policières ont été attaquées à la machette par un homme, tué par une de leurs collègues, le 6 août.

Une agression à la machette a eu lieu contre deux policières à Charleroi le 6 août.
Une agression à la machette a eu lieu contre deux policières à Charleroi le 6 août.
Crédit : VIRGINIE LEFOUR / BELGA / AFP
Ludovic Galtier & AFP

Daesh a revendiqué l'agression à la machette perpétrée le 6 août contre les deux policières à Charleroi. Comme à l'accoutumée, la communication est assurée par son agence de propagande, Amaq. "L'assaillant de Charleroi est un soldat de l'EI (État islamique, ndlr) qui a mené cette opération en réponse aux appels pour attaquer la population des pays de la coalition croisée", écrit Amaq.

L'homme qui a blessé deux policières en Belgique samedi avec une machette, avant d'être abattu par une troisième policière, était un ressortissant algérien de 33 ans connu de la police "pour des infractions de droit commun mais pas pour des faits de terrorisme", a annoncé dimanche le parquet fédéral belge. "L'agresseur a été identifié, il s'agit de K.B., un homme, qui séjournait en Belgique depuis 2012", a détaillé le parquet dans un communiqué, ajoutant que "deux perquisitions ont déjà été effectuées dans l'arrondissement de Charleroi", la ville wallonne où a eu lieu l'agression.

Cette revendication confirme l'hypothèse privilégiée par le parquet dès ce dimanche matin. "Nous avons été informés par le parquet fédéral qu'une enquête a démarré immédiatement pour tentative d'assassinat terroriste (...) compte tenu d'un certain nombre d'éléments apparus immédiatement". Le premier ministre belge, Charles Michel, révélait l'information au cours d'une conférence de presse, au lendemain de l'agression de deux policières à Charleroi. L'homme armé d'une machette, qui s'en est pris aux deux jeunes femmes, avait, en effet, prononcé les mots "Allah Akbar", avant d'être abattu.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/