2 min de lecture Justice

Bébé secoué à Angoulême : le père condamné à 12 ans de réclusion criminelle

Le père d'une enfant de 2 mois morte du syndrome du "bébé secoué" en 2018 a été condamné vendredi 16 octobre devant les assises d'Angoulême.

Une cour d'assises (illustration).
Une cour d'assises (illustration). Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

Les faits se sont déroulés en 2018. Le papa d'un bébé de 2 mois, qui voulait faire cesser les pleurs de son enfant, a secoué le nourrisson et l'a frappé. La petite fille n'a pas survécu au traitement infligé et en est morte. Mercredi 14 octobre, l'accusé, Laurent Gravelat, était jugé donc deux années plus tard pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" devant les assises de la Charente. 

Sur le banc des accusés, sa compagne était également présente, poursuivie pour le délit de "non-assistance à personne en danger". À la fin du procès, les réquisitoires du ministère public demandaient 18 ans de réclusion criminelle contre le père et un an de prison avec sursis à l'encontre de sa compagne. Au final, si la femme a été relaxée, le père a écopé de 12 ans de prison

"Quand elle est partie de chez elle, elle n'imaginait pas que la mort allait frapper à sa porte", a déclaré l'avocate de la compagne Bernadette Thibaud Descamps.

Il a "perdu pied"

Durant l'enquête puis devant les assises, le père a avoué avoir asséné deux gifles au bébé, et ce pendant que la mère était partie chez le médecin, laissant son compagnon seul à leur domicile d'Angoulême. La fille est morte le 4 juillet 2018. L'autopsie avait révélé des fractures du crâne, des hématomes, du sang dans le cerveau ainsi que dans les yeux... 

À lire aussi
Nicolas Sarkozy, en juin 2019 justice
Financements libyens : Nicolas Sarkozy, acculé mais combatif devant les juges

Pour la légiste, le tableau clinique évoquait le syndrome du bébé secoué, des sévices qui causent chaque année la mort de 200 enfants.

Au cours des débats, l'accusé a expliqué avoir "vu rouge" alors que ce jour-là il se trouvait seul face à son bébé qui "n'arrêtait pas de pleurer". Après l'avoir posée dans son lit, il était descendu en bas de l'immeuble puis était remonté la voir. "Elle continuait à pleurer, pleurer, pleurer. C'est là que j'ai perdu pied, j'ai vu rouge", a-t-il déclaré.

La mère n'avait pas les capacités intellectuelles pour intervenir

Si le trentenaire a reconnu les gifles, il a en revanche contesté les secouements pourtant établis par la légiste dans son rapport, se retranchant derrière "un voile noir".

Décrit comme "impulsif", il consommait une vingtaine de joints par jour et le couple vivait dans une grande précarité.

Sa compagne était, elle, poursuivie pour ne pas avoir demandé de l'aide pour protéger son bébé. Quelques jours auparavant, elle avait remarqué un hématome, sur la pommette de sa fille. Les jurés ont toutefois estimé qu'elle n'avait pas les capacités intellectuelles et psychologiques pour protéger son bébé et l'ont relaxée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Angoulême Infanticide
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants