1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. "Bébé dans le coffre" : la mère de Séréna condamnée à 5 ans de prison dont 3 avec sursis
1 min de lecture

"Bébé dans le coffre" : la mère de Séréna condamnée à 5 ans de prison dont 3 avec sursis

Huit ans de prison avaient été requis contre Rosa Maria Da Cruz, qui avait caché sa fille dans un coffre de voiture pendant deux ans.

Rosa Maria Da Cruz, mère de Serena, le 12 novembre 2018 au Tribunal de Tulle
Rosa Maria Da Cruz, mère de Serena, le 12 novembre 2018 au Tribunal de Tulle
Crédit : GEORGES GOBET / AFP
Léa Stassinet & AFP

Rosa Maria Da Cruz, mère de quatre enfants, a été condamnée par la cour d'assises de Corrèze à deux ans de prison ferme et trois ans avec sursis ce vendredi 16 novembre. Elle était jugée pour avoir caché pendant deux ans sa fille Séréna dans le coffre de sa voiture.

Découverte en 2013, l'enfant présente des handicaps irréversibles. Un mandat de dépôt a été prononcé contre la mère de famille, qui a également été condamnée à un suivi socio-judiciaire de cinq ans, avec injonction de soins. Elle sera incarcérée ce vendredi soir à la maison d'arrêt de Limoges, selon le parquet. 

Le président de la cour a indiqué que la peine était "aménageable" et qu'elle pourrait solliciter le juge d'application des peines en vue d'un aménagement de peine et, de ce fait, d'une éventuelle libération conditionnelle. La déchéance totale d'autorité parentale sur Séréna, requise par le parquet, a été confirmée lors de l'audience sur les intérêts civils. 

Plus tôt dans la journée, l'avocat général avait requis 8 ans de prison contre l'accusée, âgée de 50 ans. Invitée à s'exprimer une dernière fois à la barre, Rosa Maria Da Cruz a souhaité "demander pardon à Séréna pour tout le mal (qu'elle) lui a fait". "Je me rends compte que je lui en ai fait beaucoup, et que je ne reverrai plus jamais ma petite fille", a-t-elle ajouté. 

L'enfant présente un "syndrome autistique irréversible"

À lire aussi

"Ce procès est celui de la dissimulation", une dissimulation "responsable de la privation de soins et d'aliments, et des violences engagées", avait déclaré l'avocat général Olivier Kern durant ses réquisitions, en énumérant : isolement, privations sensorielles, de stimuli, absence de contact extérieur, confinement au silence... le "manque de tout".  

Selon les expertises réalisées, Séréna présente aujourd'hui un "syndrome autistique vraisemblablement irréversible", lié "sans ambiguïté" aux conditions de ses 23 premiers mois de vie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/