2 min de lecture Attentats à Paris

Attentats à Paris : deux soutiens présumés de Salah Abdeslam mis en examen et écroués

Mohammed Amri et Ali Oulkadi, accusés d'avoir aidé le suspect clé des attentats de Paris dans sa cavale ont été transférés en France mercredi 6 juillet, puis mis en examen par des juges antiterroristes et écroués.

Les forces spéciales belges lors de l'arrestation de Mohammed Amri et Hamza Attou, le 20 novembre 2015
Les forces spéciales belges lors de l'arrestation de Mohammed Amri et Hamza Attou, le 20 novembre 2015
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

Accusés d'avoir aidé Salah Abdeslam dans sa cavale, Mohammed Amri et Ali Oulkadi ont été remis aux autorités françaises dans la journée de mercredi 6 juillet. Ils ont été mis en examen dans la soirée à Paris pour "association de malfaiteurs terroriste" criminelle et "recel de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" par les juges parisiens chargés de l'enquête, selon une source judiciaire. Ils ont tous les deux été écroués. Les deux hommes étaient sous le coup d'un mandat d'arrêt européen délivré par les juges d'instruction français en charge de l'enquête sur les attentats du 13 novembre.

Mohammed Amri, Belgo-Marocain de 27 ans, est soupçonné d'avoir ramené en voiture Salah Abdeslam à Bruxelles quelques heures après les attentats, en compagnie de Hamza Attou, qui a lui été transféré la semaine dernière en France. Mohammed Amri avait été a été interpellé dès le 14 novembre dans la commune bruxelloise de Molenbeek, d'où sont originaires plusieurs des personnes impliquées dans les attentats de Paris. "Je suis surpris que vous pensiez que (Salah Abdeslam) ait pu être impliqué dans ces attentats", avait déclaré aux enquêteurs cet accompagnateur au Samu social. Mais il est soupçonné d'avoir eu connaissance des projets des frères Abdeslam, qu'il considère tantôt comme des amis tantôt comme des "connaissances"

Les deux hommes au courant des projets des frères Abdeslam

Quant à Ali Oulkadi, un Français de Molenbeek de 31 ans, il avait véhiculé Salah Abdeslam dans Bruxelles le lendemain des attaques, selon son avocat. Les enquêteurs pensent qu'Oulkadi, qui se présente comme "l'ami" de Brahim Abdeslam dont il fréquentait le bar Les Béguines, a aussi conduit ce dernier à l'aéroport avant son décollage pour la Turquie le 27 janvier 2015. Contrairement à ses déclarations, les enquêteurs considèrent qu'il ne pouvait ignorer la préparation des attentats, son ADN ayant été retrouvé dans l'un des appartements "conspiratifs" de la cellule franco-belge ayant servi à la confection des ceintures explosives, à Schaerbeek, a précisé une source proche du dossier. 

Le 9 juin, la justice belge avait également donné son feu vert au transfèrement vers la France d'un autre suspect clé des attentats de Paris, Mohamed Abrini, lui aussi visé par un mandat d'arrêt européen émis par les juges d'instruction français. Il ne sera toutefois pas livré à la France "dans l'immédiat", compte tenu de son implication dans les attentats du 22 mars à Bruxelles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Salah Abdeslam Terrorisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants