2 min de lecture Enquête

Attentats à Paris : à Saint-Denis, la petite délinquance abrite le terrorisme

REPLAY / ENQUÊTE RTL - Les jihadistes sont parvenus à se fondre dans les squats de Saint-Denis en s'appuyant sur les petits trafiquants.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Attentats à Paris : à Saint-Denis, la petite délinquance abrite le terrorisme Crédit Image : LIONEL BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : Nicolas Burnens | Durée : | Date : La page de l'émission
Micro RTL (illustration)
Nicolas Burnens et Clémence Bauduin

Une semaine après les attentats qui ont frappé Paris et son agglomération, et au surlendemain de l'assaut donné à Saint-Denis, la question des complicités taraude les enquêteurs. Pour passer inaperçus, les terroristes se sont appuyés sur un terreau de petits délinquants et de petits trafiquants de drogue. C'est le cas dans les squats de Saint-Denis, où l'assaut contre des terroristes ayant joué un rôle dans les attentats du 13 novembre a été mené mercredi 18 novembre.

Hawa, qui habite Saint-Denis depuis cinq ans, a vu s'y développer toutes sortes de trafics : elle observe des dealers racoler, ouvertement, les clients sous ses fenêtres. "Il y a des gens qui louent des appartements à des personnes qui font des trafics, mais tu ne peux rien dire. Tu dis quelque chose, tu vas risquer ta vie", déplore la mère de famille. Hamyd, lui, tient un magasin de téléphone dans le quartier. Il a également eu de nombreuses occasions d'observer ce système bien rodé. "La personne va rentrer par un endroit, réussir à ouvrir la porte, remettre des serrures, se l'approprier et le faire louer à des personnes pour gagner de l'argent", explique le commerçant. La pratique est même généralisée dans l'immeuble où les terroristes ont été délogés. Les voisins affirment que c'est un homme, jusque-là habitué à héberger des dealers, qui leur a loué l'appartement.

Hasna Aït Boulahcen liée à des affaires de stupéfiants

"Saint-Denis n'est pas une plaque tournante du terrorisme, c'est une certitude", nuance toutefois Mathieu Hanotin, député PS de Seine-Saint-Denis. "Il n'empêche pas qu'effectivement, il faut lutter de manière urgente contre la délinquance à Saint-Denis, parce que si ce n'est pas elle qui est le déclencheur du terrorisme, on voit bien que c'est plus facile pour des terroristes de venir se planquer dans une zone où il y a du trafic, que dans une zone avec un centre-ville où les choses seraient beaucoup plus apaisées". Pour l'instant, l'enquête n'a établi aucun lien direct entre trafic de drogue et terrorisme mais, selon des écoutes, Hasna Aït Boulahcen, la femme kamikaze, serait liée à des affaires de stupéfiants en Seine-Saint-Denis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enquête Saint-Denis Attentats à Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants