1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Attentat en Isère : Yassin Salhi mis en examen pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste
1 min de lecture

Attentat en Isère : Yassin Salhi mis en examen pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste

L'auteur de l'attentat dans l'usine Air Products de Saint-Quentin-Fallavier, en Isère a été mis en examen pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste, et placé en détention provisoire.

Yassin Salhi lors de son interpellation à Saint-Priest (Rhône) le 28 juin 2015.
Yassin Salhi lors de son interpellation à Saint-Priest (Rhône) le 28 juin 2015.
Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

L'auteur présumé de l'assassinat d'un chef d'entreprise et de l'attaque d'une usine de gaz industriels, Yassin Salhi, a été mis en examen mardi par un juge antiterroriste pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste, et placé en détention provisoire.

Le chauffeur-livreur de 35 ans a également été mis en examen pour enlèvement et séquestration en vue de préparer ou de faciliter la commission du  crime d'assassinat, destruction ou dégradation par l'effet d'une substance explosive, incendiaire ou de nature à créer un danger pour les personnes et violences volontaires sur personnes chargées d'une mission de service public. 

La réfutation de la dimension terroriste

A l'inverse d'un Mohamed Merah ou plus récemment des frères Kouachi ou d'Amédy Coulibaly, qui avaient proclamé avant leur mort leur affiliation à l'islamisme le plus radical, Salhi a contesté en garde à vue toute motivation religieuse ou dimension terroriste

Pour la justice, le modus operandi "correspond très exactement aux mots d'ordre de Daech" notamment par sa volonté de "donner à son acte une publicité maximale". selon les termes du procureur de Paris François Molins. Les enquêteurs ont retrouvé dans son portable un selfie macabre avec la tête de sa victime, envoyé à un homme qu'il connaît depuis 2006 et qui combattrait dans les rangs de l'EI en Syrie, a ajouté le procureur. 

À lire aussi

Yassin Salhi était d'ailleurs "visiblement régulièrement en relation" avec ce Français, Yunes-Sébastien V.-Z., qui selon un "témoignage indirect" aurait "demandé l'autorisation à l'EI de diffuser ces clichés", selon des éléments de l'enquête relatés par le procureur de Paris. "Tout son comportement démontre que dès la veille au soir il avait conçu son projet criminel terroriste", assure le procureur.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/