1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Attentat de Nice en 2016 : un homme arrêté en Italie
1 min de lecture

Attentat de Nice en 2016 : un homme arrêté en Italie

Cet homme arrêté près de Naples est soupçonné d'avoir fourni une arme à l'auteur de l'attentat sur la promenade des Anglais, qui avait fait 86 morts.

Une personne se recueillant sur la promenade des Anglais à Nice
Une personne se recueillant sur la promenade des Anglais à Nice
Crédit : Valery HACHE / AFP
Gaétan Trillat & AFP

Près de cinq ans après l'attentat de Nice, qui avait causé la mort de 86 personnes sur la promenade des Anglais, le 14 juillet 2016, un homme a été interpellé en Italie ce mercredi 21 avril, ont annoncé plusieurs médias transalpins. Endri E, un Albanais de 28 ans, est soupçonné d'avoir fourni une arme à Mohamed Lahouaiej Bouhlel, l'auteur de l'attaque au camion abattu par la police au volant de son véhicule.

Le suspect a été arrêté par la police italienne à Sparanise, près de Naples, en vertu d'un mandat d'arrêt européen émis par la justice française. Endri E. est mis en cause pour "association de malfaiteurs" et infraction à la législation sur les armes dans le volet "trafic d'armes" de l'enquête. Il est accusé d'avoir fourni un fusil d'assaut à l'assaillant, via un intermédiaire albanais. Il se serait ensuite vanté auprès de son cousin, qui l'accompagnait lors de cette transaction, d'avoir escroqué l'intermédiaire "en lui refilant une kalachnikov qui ne marchait pas contre 35 grammes de cocaïne". Son cousin, Adriatik E., soupçonné des mêmes faits, s'est suicidé en prison en 2018.

Un procès en 2022

L'information judiciaire n'a pas pu démontrer pour cinq suspects ayant fourni des armes à Lahouaiej Bouhlel qu'ils avaient eu connaissance de son projet d'attaque terroriste. La qualification terroriste a donc été écartée et ils sont renvoyés aux assises pour des infractions de droit commun. Trois hommes, Mohamed Ghraieb, Chokri Chafroud et Ramzi Arefa, sont renvoyés pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Le procès, qui n'aura pas lieu avant 2022, doit durer plusieurs semaines au moins, dans une maxi salle d'audience construite dans le Palais de justice de Paris, sur l'île de la Cité, après celui des attentats du 13 novembre 2015.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/