1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Attentat des Champs-Élysées : cinq personnes en lien avec le terroriste en garde à vue
2 min de lecture

Attentat des Champs-Élysées : cinq personnes en lien avec le terroriste en garde à vue

Les enquêteurs tentent de déterminer la provenance de l'arme utilisée par Karim Cheurfi pour tuer le policier Xavier Jugelé.

Un homme a abattu un policier et blessés deux autres sur les Champs-Élysées jeudi 20 avril dans la soirée
Un homme a abattu un policier et blessés deux autres sur les Champs-Élysées jeudi 20 avril dans la soirée
Crédit : Benjamin Cremel / AFP
Félix Roudaut & AFP

Plus d'un mois après l'attentat perpétré sur les Champs-Élysées, l'enquête se poursuit. Cinq personnes en lien direct avec l'assaillant qui a tué un policier le 20 avril, quelques jours avant la présidentielle, ont été interpellées et placées en garde à vue, selon une source proche du dossier. Deux hommes et trois femmes connaissant Karim Cheurfi sont interrogés mercredi 7 juin par la section antiterroriste du 36 quai des Orfèvres.

Les policiers veulent déterminer avec certitude la provenance de la Kalashnikov utilisée par Karim Cheurfi pour tuer le policier Xavier Jugelé et blesser deux de ses confrères avant d'être lui même abattu par les forces de l'ordre. Un arsenal composé d'un fusil à pompe, de deux gros couteaux et de munitions avait également été retrouvé dans le véhicule du terroriste.

Le Raid en main-forte

Parmi les interpellations, deux ont visé un couple installé à Dunkerque (Nord) comme l'indiquent nos confrères de La Voix du Nord. "L'homme, un Français qui a environ une trentaine d'années, était en relation avec Cheurfi, lui plus qu'elle", précise une source proche du dossier. Et d'ajouter : "L'interpellation du couple, qui a eu lieu sans soucis, a été menée avec l'appui du Raid de Lille". Les lieux des autres interpellations n'ont pas été précisés dans l'immédiat.

Dans ce volet de l'enquête, un homme de 23 ans dont l'ADN a été retrouvé sur l'arme du crime a déjà été mis en examen et écroué fin mai pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et port d'arme en relation avec une entreprise terroriste. Interpellé à son domicile à Saint-Thibault-des-Vignes, en Seine-et-Marne, il avait assuré en garde à vue qu'il ne connaissait pas le tueur.

À écouter aussi

Aux prémices de l'enquête, trois proches de Karim Cheurfi avaient été placés en garde à vue avant d'être relâchés. Trois hommes ont également été entendus sous ce statut et remis en liberté le 27 avril, a précisé la source judiciaire.

Karim Cheurfi, un Français de 39 ans au casier judiciaire chargé, a été condamné en 2005 à 15 ans de réclusion pour tentatives de meurtres sur des policiers. Il avait été visé par une enquête en janvier, d'abord au parquet de Meaux, puis au parquet antiterroriste, sur sa possible volonté de s'en prendre à nouveau aux forces de l'ordre. Placé en garde à vue, il avait été remis en liberté faute de preuves suffisantes. À trois jours du premier tour de la présidentielle, son attaque avait été immédiatement revendiquée par l'organisation jihadiste État islamique (EI).

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/