2 min de lecture Attentats à Paris

Attentat à Paris : Jawad Bendaoud fou de rage à son procès

Jugé pour trafic de stupéfiants, l'homme de 30 ans a crié des insultes à l'encontre des forces de l'ordre, à son arrivée au tribunal de Bobigny.

Jawad Bendaoud, soupçonné d'avoir prêté son appartement de Saint-Denis aux terroristes
Jawad Bendaoud, soupçonné d'avoir prêté son appartement de Saint-Denis aux terroristes Crédit : Capture d'écran/BFM TV
Julien Absalon
Julien Absalon
et Cindy Hubert

Son arrivée dans la salle d'audience a été fracassante. "Fils de p*** ! Je suis pas terro ! Ils m'ont mis des coups de matraque !". Jugé jeudi 26 janvier à Bobigny pour trafic de drogue, Jawad Bendaoud, logeur présumé de deux jihadistes des attentats du 13 novembre 2015, a perdu ses nerfs en hurlant des insultes à l'encontre de policiers qui l'escortaient dans le box. 

Quasiment méconnaissable - biceps saillants sous un polo noir, cheveux longs attachés en queue de cheval -, le jeune homme, rendu célèbre par une vidéo où il clamait maladroitement son innocence avant d'être interpellé en direct, est arrivé dans le box des prévenus en se démenant et en hurlant. "Je suis Salah Abdeslam, moi ?", a-t-il notamment lancé, pleurant de rage, aux forces de l'ordre qu'il accuse de violences.

Jawad Bendaoud a finalement été reconduit au dépôt du palais de justice, sur ordre de la présidente du tribunal. Il a été placé en garde à vue pour outrage, menaces de mort et apologie du terrorisme. Il a écopé de huit mois de prison pour trafic de cocaïne.

Visiblement ébranlé, l'un de ses avocats, Xavier Nogueras, a dénoncé une scène "insupportable". "Il était dans de bonnes dispositions", a-t-il assuré, pointant le fait que le logeur présumé d'Abaaoud soit incarcéré à l'isolement depuis plus d'un an malgré les préconisations du juge d'instruction d'un retour à des conditions de détention classiques.

À lire aussi
Le procès des attentats de janvier 2015 se tient au palais de justice de Paris (illustration) Attentats à Paris
Attentats de janvier 2015 : le principal accusé continue de nier toute implication

Depuis son arrestation le 18 novembre 2015, en marge de l'assaut policier mené par le Raid à Saint-Denis, où se trouvait le terroriste Abdelhamid Abaaoud, Jawad Bendaoud ne cesse de clamer son innocence. Mis en examen, il l'écrit notamment dans des lettres envoyées aux juges d'instruction en charge de l'enquête sur les attentats. Juste avant son interpellation, Jawad Bendaoud, par ailleurs déjà condamné en 2008 pour homicide involontaire, s'était défendu en assurant devant quelques journalistes ne pas savoir qu'il avait logé "des terroristes".

Dans ce procès pour trafic de stupéfiants, l'un de ses proches est également jugé. Il s'agit de Mohamed Soumah, soupçonné d'avoir été un intermédiaire en contact avec Hasna Aït Boulahcen, la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, à qui elle cherchait un abri.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Justice Terrorisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants