2 min de lecture Police

Attaque de militaires à Levallois : le point sur l'enquête

Après l'arrestation d'un suspect sur l'autoroute A16 mercredi 9 août, la police attend de pouvoir procéder à un interrogatoire. Elle tente aussi de déterminer d'éventuelles complicités.

Une voiture a foncé sur des militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret, le 9 août 2017
Une voiture a foncé sur des militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret, le 9 août 2017 Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Océane Blanchard
Océane Blanchard

Après l'attaque qui a fait six blessés parmi des militaires mercredi 9 août à Levallois-Perret, le suspect principal a été interpellé sur l'autoroute A16. Blessé par balle au cours de l'opération, l'homme de 36 ans n'est pas en état pour le moment d'être auditionné et mis en garde à vue.

Dans l'attente de procéder à son interrogatoire, les forces de police ont perquisitionné le domicile du suspect mercredi 9 août en fin d'après midi, dans la commune de Bezons dans le Val-d'Oise. Ses proches devraient être entendus rapidement pour apporter des informations sur son emploi du temps de mercredi matin, au moment de l'attaque.

Mercredi vers 10 heures, un véhicule a renversé des militaires de l'opération sentinelle à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, et a fait au total six blessés. Le véhicule à l'origine de l'attaque a ensuite pris la fuite. Une interpellation a eu lieu plus tard dans la journée sur l'autoroute A16, au cours de laquelle des coups de feu ont été échangés.

Une audition encore impossible

Le suspect de l'attaque, identifié comme Hamou B., a été blessé par plusieurs balles. Toujours hospitalisé au CHU de Lille, l'homme de 36 ans "n'était pas encore audible", a déclaré une source policière, au lendemain de cette sixième attaque contre Sentinelle depuis les attentats jihadistes de 2015.

À lire aussi
La station-service où a lieu le drame, à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne). faits divers
Val-de-Marne : après une agression mortelle, la police lance un appel à témoins

En raison de son état de santé, sa garde à vue avait été rapidement levée. Elle reprendra quand les médecins jugeront son état compatible avec cette mesure. 

Des recherches sur la préméditation

Certains de ses voisins ont déjà été entendus par la police. Le suspect, Abou B. n'était pas fiché S ni connu des services de renseignements pour radicalisation. De nationalité algérienne, il était titulaire d'une carte de séjour et travaillait à la fois comme manutentionnaire dans une enseigne alimentaire et comme chauffeur de VTC.

Au lendemain de l'attaque, les forces de police tentent de déterminer s'il y a eu d'éventuelles complicités. Autre priorité pour les enquêteurs, la préméditation de l'attaque : le conducteur du véhicule qui a blessé les militaires de l'opération Sentinelle aurait repéré à l'avance les lieux et les horaires de prise de fonction. Les enregistrements des caméras de surveillance devraient aider à préciser cette piste. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Militaires Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants