1 min de lecture Levallois

Attaque de Levallois : les voisins du suspect "tombent des nues"

Mercredi 9 août, l'homme a percuté un véhicule de l'opération Sentinelle à Levallois (Hauts-de-Seine). Six militaires ont été blessés.

>
Attaque de Levallois : les voisins du suspect "tombent des nues" Crédit Image : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP | Crédit Média : Brice Dugénie | Durée : | Date :
Brice Dugénie et Marie Zafimehy

"Je prends un petit coup sur la tête". Au bout du couloir de l'immeuble où résidait le suspect de l'attaque qui a blessé six militaires de l'opération Sentinelle à Levallois mercredi matin, un voisin n'en revient pas. "Je tombe des nues", commence-t-il. "Il y avait un monsieur ici, parfaitement gentil. Cette personne-là, je la côtoie régulièrement. Elle est très avenante, très gentille. Je ne pense pas qu'on parle de la même personne".

Pourtant c'est bien dans cet immeuble de Bezons, dans le Val d'Oise, qu'habitait l'assaillant depuis deux ans. Sur la porte rouge de l'appartement 312 du troisième étage du bâtiment, figure le scellé de la police judiciaire. Au sol, sur la moquette, quelques petits morceaux de bois n'ont pas résisté à l'entrée et la perquisition des enquêteurs. 

Le suspect reste tout de même peu connu de ses voisins. Une locataire dit par exemple ne pas savoir de qui il est question, avant que son visage ne se fige lorsqu'elle reconnaît son visage sur une photo. Elle explique avoir refusé les avances de l'homme "une ou deux fois dans l'ascenseur". "C'est quelqu'un qui me semblait bizarre", conclut-elle.

Les enquêteurs ont laissé un mot aux résidents de l'immeuble, absents lors de la perquisition. Ils seront tous entendus par la police.

Lire la suite
Levallois Faits divers Militaires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants