1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Attaque au couteau à Rambouillet : trois proches de l'assaillant en garde à vue
1 min de lecture

Attaque au couteau à Rambouillet : trois proches de l'assaillant en garde à vue

Les policiers ont mené ce vendredi 23 avril deux perquisitions au domicile de l'assaillant et à son ancienne adresse dans le Val-de-Marne.

Des policiers bouclent le quartier après l'attaque d'une policière au couteau, vendredi 23 avril, à Rambouillet dans les Yvelines
Des policiers bouclent le quartier après l'attaque d'une policière au couteau, vendredi 23 avril, à Rambouillet dans les Yvelines
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
louis
Louis Chahuneau
Journaliste

Trois personnes de l'entourage de l'assaillant qui a tué une policière au commissariat de Rambouillet (Yvelines) avant d'être abattu, ce vendredi 23 avril, ont été arrêtés et placés en garde à vue, selon une source judiciaire.

Vendredi après-midi, quelques heures après l'attaque, les forces de police ont perquisitionné l'appartement du tueur, un homme de 36 ans d'origine tunisienne. Une trentaine d'hommes encagoulés sont descendus de ces véhicules pour entrer au domicile. Dans le même temps, une perquisition était en cours dans le Val-de-Marne, au domicile d'une personne ayant accueilli Jamel G. à son arrivée en France en 2009, a-t-on appris de source proche de l'enquête, confirmant une information du Point.


Vendredi après-midi, autour de 14h30, un homme a pénétré dans le sas du commissariat de Rambouillet pour poignarder au cou une policière, personnelle administrative âgée de 49 ans. Stéphanie, cette mère de deux enfants, n'a pas survécu. L'un de ses collègues a riposté et tiré deux fois de suite sur le meurtrier, le tuant.

Jamel G. était arrivé en France en 2009. Il avait bénéficié en 2019 d'une autorisation exceptionnelle de séjour salarié, puis d'une carte de séjour en décembre 2020, valable jusqu'en décembre 2021. Il avait emménagé en décembre 2015 à Rambouillet. Les motivations du tueur ne sont pas encore connues, mais le parquet national antiterroriste a été saisi de l'enquête. 

Réactions en cascade

À lire aussi

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et le Premier ministre Jean Castex se sont rendus à Rambouillet (Yvelines) deux heures après l'attaque. Ce dernier a dénoncé "un geste barbare et d’une infinie lâcheté."

De retour d'un voyage officiel au Tchad, le président de la République Emmanuel Macron a lui aussi tweeté : "Elle était policière. Stéphanie a été tuée dans son commissariat de Rambouillet, sur les terres déjà meurtries des Yvelines. La Nation est aux côtés de sa famille, de ses collègues et des forces de l’ordre. Du combat engagé contre le terrorisme islamiste, nous ne céderons rien."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/