1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Assassinat de Samuel Paty : Abdoullakh Anzorov avait annoncé son acte à ses contacts Snapchat
1 min de lecture

Assassinat de Samuel Paty : Abdoullakh Anzorov avait annoncé son acte à ses contacts Snapchat

Info RTL INFO RTL - L'enquête policière a permis d'établir que le terroriste accusé avait, quelques jours avant l'assassinat de Samuel Paty, transmis des informations sur le professeur d'histoire-géographie à deux français radicalisés.

Samuel Paty a été victime d'une attaque terroriste islamiste, le 16 octobre 2020, à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines.
Samuel Paty a été victime d'une attaque terroriste islamiste, le 16 octobre 2020, à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines.
Crédit : Thomas COEX / AFP
Assassinat de Samuel Paty : Abdoullakh Anzorov avait annoncé son acte à ses contacts Snapchat
01:39
Nicolas Burnens

Il y a du nouveau dans l'affaire de l'assassinat de Samuel Paty, ce professeur d'histoire assassiné en octobre dernier devant son lycée de Conflans-Sainte-Honorine. Si le terroriste Abdoullakh Anzorov a agi seul, les investigations ont permis d'établir qu'il avait dans son entourage des suspects radicalisés, avec qui il discutait très régulièrement sur les réseaux sociaux et à qui il aurait clairement indiqué son intention de passer à l'acte. 

Il s'agit d'une série de messages, retrouvés par les enquêteurs dans son téléphone portable. Abdoullakh Anzorov était en lien régulier avec deux jeunes Français ultra-radicalisés sur un groupe Snapchat. Le 10 octobre 2020, il leur communique d'abord l'identité du professeur d'histoire-géo et l'adresse du collège. Nous sommes six jours avant l'attentat. 

Puis, le 16 octobre à 15h38, il écrit : "J'ai une épreuve à accomplir, faites des prières pour moi", en réclamant la Shahada. Cette demande religieuse est faite lorsque les combattants vont mourir en martyr. Ses deux contacts acceptent. 

Interpellés en novembre dernier

À 16h58, la photo d'une tête décapitée est postéeSamuel Paty vient d'être assassiné. En réponse, trois émojis rieurs apparaissent. Identifiés par les enquêteurs, les deux jeunes Français sont interpellés en novembre dernier

À lire aussi

L'un d'eux, âgé de 18 ans, d'origine tchétchène, qui rêve de faire le djihad, affirme devant les policiers, ne pas avoir compris qu'Anzorov allait passer à l'acte. Il explique que son ami devait refaire son permis de conduire et nie les faits qui lui sont reprochés. Il est aujourd'hui mis examen pour association de malfaiteur terroriste.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/