1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Antonio Ferrara : comment le commissaire Molmy a traqué le "Roi de la belle"
3 min de lecture

Antonio Ferrara : comment le commissaire Molmy a traqué le "Roi de la belle"

PODCAST - Dans "Les Voix du Crime", Christophe Molmy revient sur les mois de traque qui ont suivi la spectaculaire évasion d'Antonio Ferrara de la prison de Fresnes dans le Val-de-Marne.

Photo non datée délivrée par la Police judiciaire, d'Antonio Ferrara
Photo non datée délivrée par la Police judiciaire, d'Antonio Ferrara
Crédit : AFP
20. Antonio Ferrara : comment "le roi de la belle" a finalement été arrêté
29:18
Olivier Boy

Dans la nuit du 12 mars 2003, Christophe Molmy, le directeur adjoint de l'OCRB (Office Central pour la répression du banditisme) de l'époque, est réveillé par un coup de fil : ses  équipes lui apprennent qu'Antonio Ferrara vient de s'évader de la prison de Fresnes, l'une des plus sécurisées de France. Une douzaine de complices ont fait sauter la prison à coups d'explosifs. Depuis juillet 2002, Antonio Ferrara était incarcéré pour son implication dans plusieurs braquages et une tentative d'assassinat.

Le commissaire Christophe Molmy se rend immédiatement sur place. "C’est le chaos, les collègues sont en train de travailler mais le sol est jonché de douilles. C’était une scène de guerre", raconte le policier. Il faut retrouver Ferrara au plus vite mais pour les équipes du commissaire, c'est l'abattement. "On peut penser qu'on part sur des années d'enquête de nouveau", commente le commissaire.


Mais un indice met rapidement les équipes de l'OCRB sur la piste du fugitif : dans la cellule de Ferrara, on retrouve un téléphone portable oublié dans la précipitation par le braqueur. Les enquêteurs se lancent alors dans une étude approfondie de la téléphonie. "Des collègues avaient brassés 80.000 numéros de téléphone", explique Christophe Molmy.

Une première piste dans le Sud

Des milliers de ligne sont mises sur écoute. Jusqu'au jour où les enquêteurs entendent enfin la voix de Ferrara.  Les équipes de l'OCRB localisent Ferrara à Saint-Raphaël, sur la Côte d'Azur. Les équipes décident donc de descendre dans le sud de la France, afin de tenter d'attraper le fugitif.

Malheureusement, les enquêteurs traquent le voyou sans réussir à mettre la main sur lui. "On comprendra après, en discutant avec lui en off, qu'on s'est tournés autour. D'ailleurs, le soir, avant de remonter à Paris, on a dîné dans un restaurant près du port, dans un endroit où vous avez deux restaurants près de la marina, et on était dans un resto et lui dans l'autre", raconte le commissaire.

À lire aussi

De retour à Paris, les enquêteurs tiennent une nouvelle piste : un homme doit remettre des faux-papiers à Antonio Ferrara, dans un café du  XVe arrondissement. Les hommes de l'OCRB se mettent en planque près du lieu de rendez-vous, prêts à interpeller le braqueur. Mais Antonio Ferrara est méfiant et quitte le café. "Il sent une ambiance, ça lui suffit", explique Christophe Molmy. Encore une fois, Antonio Ferrara vient d'échapper aux enquêteurs.

Une interpellation musclée

Mais le téléphone de Ferrara est ensuite localisé dans le XIIe arrondissement, vers Bercy. Les enquêteurs repèrent également sa moto devant un autre bar. Christophe Molmy hésite, puis se décide à intervenir. Les hommes de l'OCRB pénètrent dans le café pour arrêter Ferrara.

Le commissaire, quant à lui, se retrouve face à Ferrara. "Il me fonce dessus et il faut bien l'arrêter. La première chose qui me vient à l'esprit, c'est de lui mettre un coup de poing et ça, ça permet de le stopper." raconte, Christophe Molmy . Antonio Ferrara est interpellé, c'est la fin de quatre mois de cavale.

Depuis son arrestation en juillet 2003, "le Roi de la belle" n'a pas fait de nouvelle tentative d'évasion. Il fait partie des prisonniers les plus surveillés de France et devrait être libéré en 2028.


Abonnez-vous à ce podcast

>> Les Voix du crime sont avocats ou avocates, enquêteurs ou enquêtrices, proches de victimes, de suspects ou de coupables. Ces témoins-clefs se confient au micro de Diane DouzilléJérôme Florin et Jean-Alphonse Richard. Des témoignages inédits, qui apportent un éclairage nouveau sur la justice et les grandes affaires criminelles d’aujourd’hui.


Une fois par mois, l'une de ces Voix du crime nous raconte son point de vue une affaire criminelle. Un podcast RTL. 

La rédaction vous recommande

 



Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/