2 min de lecture Faits divers

Affaire Giraud-Lherbier : qu'est-ce que la chloropicrine, le gaz incriminé ?

PODCAST - La chloropicrine est un gaz très toxique à l'utilisation encadrée. Il est soupçonné d'avoir été utilisé pour empoisonner Katia Lherbier et Géraldine Giraud en 2004, explique le procureur Michel Meurant qui était chargé de l'enquête dans cette affaire.

Les voix du crime 245x300 Les voix du crime Diane Douzillé & Jérôme Florin & Jean-Alphonse Richard iTunes RSS
>
13. Affaire Giraud-Lherbier : le procureur raconte cette enquête où il "a failli laisser la vie" Crédit Image : FRED DUFOUR / AFP | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date : La page du podcast
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard et Marie Zafimehy

Aucune trace de coup suspecte ou d'étranglement. Lorsque les corps de Katia Lherbier et Géraldine Giraud sont retrouvés en novembre 2004 dans le jardin du principal suspect de leur meurtre, Jean-Pierre Treiber, rien de visible ne permet d'affirmer la manière dont elles ont été tuées. Rien, sauf une dégradation anormale des poumons.

L'enquête finit par conclure que les deux femmes sont mortes empoisonnées par un gaz très toxique : la chloropicrine. Ce gaz interdit, a longtemps été utilisé par les gardes-chasse pour exterminer les nuisibles. Or, il s'agit du métier qu'a exercé Jean-Pierre Treiber, surnommé "l'homme des bois" par la presse. Ce dernier, qui mis fin à ses jours en 2010, est alors accusé d'avoir joué un rôle dans la disparition des deux amantes le 2 novembre 2004.

À l'époque, le procureur Michel Meurant est chargé de l'enquête. Dans l'épisode du podcast Les Voix du Crime consacré à ce qui est devenu l'affaire Giraud-Lherbier, il se souvient du jour où les enquêteurs ont retrouvé les deux corps. "Il faut rappeler que les corps avaient le visage masqué par du ruban adhésif, de manière à ce que le nez soit apparent, autrement dit, qu'on ne puisse respirer que par le nez", explique-t-il. 

C'est un produit qui est interdit à la vente et à l'utilisation en France depuis 1989

Michel Meurant
Partager la citation

Compte tenu de l'état des poumons des deux victimes il apparaît probable que la chloropicrine ait pu être utilisée. "On va avoir recours à un toxicologue, se remémore Michel Meurant. [Les deux victimes] avaient encore sur elles quelques vêtements et l'analyse de ces vêtements va révéler la trace de chloroforme. Or, le chloroforme est un élément de décomposition de la chloropicrine, qui est un gaz très instable".

À lire aussi
Essonne
Les infos de 6h - Procès de Viry-Châtillon : un verdict "infâme", dit une femme de policier

Jean-Pierre Treiber a beau clamer son innocence, l'étau se resserre autour du suspect numéro 1. "Il a été effectivement garde chasse et il a dû utiliser la chloropicrine, insiste Michel Meurant. C'est un produit qui est interdit à la vente et à l'utilisation en France depuis 1989. Néanmoins, il continue d'être d'être utilisé de façon clandestine."

Le magistrat se souvient du moment où la toxicité de la chloropicrine lui a été décrite avec précision par le toxicologue. "Voyez vous, monsieur le procureur, on en débouche un tout petit flacon dans votre bureau et en un quart d'heure, tout le monde est mort", lui a-t-il expliqué.

Aujourd'hui, l'affaire Giraud-Lherbier est prescrite et en s'ôtant la vie, Jean-Pierre Treiber a emporté avec lui ses secrets sans jamais pouvoir être jugé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Yonne RTL Originals
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants