1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Jacques Bouthier : "Personne n'avait le droit d'en discuter", confie une salariée d'Assu 2000
2 min de lecture

Affaire Jacques Bouthier : "Personne n'avait le droit d'en discuter", confie une salariée d'Assu 2000

TÉMOIGNAGE - Le patron d'Assu 2000, Jacques Bouthier, se rendait parfois au Maroc pour choisir ses futures proies. Là-bas, le silence régnait par peur de perdre son emploi.

Un panneau Assu 2000 (image d'illustration)
Un panneau Assu 2000 (image d'illustration)
Crédit : MAGALI COHEN / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP
Affaire Jacques Bouthier : "Personne n'avait le droit d'en discuter", confie une salariée d'Assu 2000
00:01:54
micro generique
La rédaction de RTL - édité par Nicolas Barreiro

Ces témoignages font froid dans le dos, ceux des salariés ou des anciens salariés du groupe Assu 2000. Jacques Bouthier, l'ancien patron de la société d'assurance est mis en examen et incarcéré pour viols sur mineures et traite d'êtres humains. Selon nos informations, il se rendait parfois à Tanger, au Maroc, au centre d'appel du groupe. La plateforme emploie une centaine de personnes, majoritairement des femmes. Lors de ces visites, il repérait ses futures proies.

C'est un passage dont Aïcha se souviendra toujours, celui du grand patron. En 2020, elle le croise sur son lieu de travail au centre d'appel de Tanger. "Il nous a rendus visite et a salué tout le monde. Quand il voyait un fille de 20 ans ou 21 ans, il lui faisait des avances, il lui offrait des cadeaux". Pour elle, ça ne fait aucun doute, ses supérieurs étaient complices de ces agissements. "Il y avait des managers avec nous et c'était les intermédiaires entre la fille et Jacques Bouthier. J'ai vu une scène : quand il a salué tout le monde, il a vu la fille, après il appelé un manager. Il lui a dit : 'vous lui déposez le tout dernier iPhone et vous lui passez le message qu'elle est invitée ce soir au dîner'. Si elle accepte, c'est bon elle reste. Si elle n'accepte pas, on la vire tout simplement", confie Aïcha.

Cette scène s'est déroulée sous les yeux de toutes les autres jeunes employées. Pourtant, au sein de l'entreprise, le silence est resté de mise pendant toutes ces années. "Personne n'avait vraiment le droit d'en discuter ou de faire des remarques là-dessus. Personne n'osait parler par rapport à cela, on voyait les trucs et on laissait passer parce que chacun veut garder sa place". Garder sa place coûte que coûte et pour cela, accepter les avances du grand patron Jacques Bouthier.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.