1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Elsa Pilarski : de nouvelles analyses demandées par l'avocat de son compagnon
1 min de lecture

Affaire Elsa Pilarski : de nouvelles analyses demandées par l'avocat de son compagnon

VU DANS LA PRESSE - À la suite de l’enquête concernant le décès d’Elisa Pilarski, une expertise judiciaire a révélé que seul l’ADN de Curtis, le chien de son compagnon, était présent sur le corps et les vêtements de la victime.

Elisa Pilarski et le chien de son compagnon, Curtis.
Elisa Pilarski et le chien de son compagnon, Curtis.
Crédit : Capture d'écran Facebook
micros
La rédaction numérique de RTL

Christophe Ellul, le propriétaire de Curtis, ne croit pas à l’implication de son chien dans la mort de sa compagne Elisa Pilarski en novembre 2019. Son corps avait été retrouvé sans vie sans la forêt de Retz dans l’Aisne. Selon les informations du Parisien, l’avocat de Christophe Ellul va faire une demande de contre-expertise et dénonce la "condamnation" des experts. "C’est très violent pour lui. Il y a cette idée qu’il aurait menti dès le départ sur ce qui est arrivé à la mère de son enfant. On en fait le coupable idéal", a déclaré Me Alexandre Norion.

À la suite du drame, une enquête avait été ouverte par le parquet de Soissons. Après avoir prélevé l’ADN sur les cinq chiens appartenant au couple ainsi que sur 33 chiens d’une meute de chasse à courre, seul l’ADN de Curtis, un American Pitbull Terrier, a été retrouvé sur le corps d’Elisa Pilarski. De plus, les morsures correspondent à la mâchoire du chien. 

Du sang de la victime a été retrouvé sur Curtis

Selon les experts, l’animal dressé au mordant, une "forme d’apprentissage interdite en France", serait obsédé par l’idée de mordre, explique le parquet de Soissons. Mardi 3 novembre, de nouveaux éléments sont venus accuser Curtis notamment avec du sang de la victime retrouvé sur la babine et l’œil droit de l’animal, ainsi que sur sa muselière et son harnais. "Il est constant qu’aucune trace de morsure n’a été relevée que ce soit sur les chiens de chasse ou sur le chien Curtis, ce qui permet d’exclure un conflit direct entre la meute et ce dernier", indiquait mardi 3 novembre le procureur de Soissons.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/