1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Bygmalion : une magistrate répond aux accusations "d'acharnement" contre Sarkozy
1 min de lecture

Affaire Bygmalion : une magistrate répond aux accusations "d'acharnement" contre Sarkozy

INVITÉE RTL - Évelyne Sire Marien, magistrate et ancienne présidente du Syndicat de la magistrature, a rappelé que les nombreuses "affaires" dans lesquelles l'ancien président de la République est impliqué sont "une réalité".

L'ancien président Nicolas Sarkozy avant une cérémonie d'hommage aux victimes du terrorisme à Paris, le 11 mars 2021.
L'ancien président Nicolas Sarkozy avant une cérémonie d'hommage aux victimes du terrorisme à Paris, le 11 mars 2021.
Crédit : Thibault Camus / POOL / AFP
Affaire Bygmalion : une magistrate répond aux accusations "d'acharnement" contre Sarkozy
06:31
Pascal Praud & Amandine Bégot

Pour la deuxième fois en quelques mois seulement, Nicolas Sarkozy a été reconnu coupable et condamné, d'abord pour corruption puis pour financement illégal de campagne électorale, avant d'interjeter appel. Des décisions qui amènent certains proches et membres de sa famille politique à évoquer un "acharnement" à l'encontre de l'ancien président de la République.
Une accusation infondée selon Évelyne Sire Marien, magistrate et ancienne présidente du Syndicat de la magistrature. Derrière ces condamnations, ce ne sont pas les magistrats mais "les affaires" qui, rappelle-t-elle, sont nombreuses, évoquant notamment des enquêtes toujours en cours comme celle sur le un possible financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. "Ces affaires ont une réalité", souligne la juriste.

"Toutes ces affaires qui concernent Nicolas Sarkozy arrivent dans une histoire politique qui font qu'une nouvelle génération appréhende différemment les affaires de terrorisme et de délinquance financière, et sont peut-être plus sévères, note Évelyne Sire Marien. Depuis les années 90, il y a un mouvement des magistrats financiers pour traiter la délinquance financière, qui crée énormément de préjudice notamment pour les finances publiques, comme la délinquance de droit commun." 

Interrogée sur une éventualité partialité de certains magistrats, notamment les membres du Syndicat de la Magistrature qui avait, en 2012, appelé à voter contre Nicolas Sarkozy, l'ancienne présidente de cette organisation a souligné que "le tribunal n'est pas constitué par le Syndicat de la Magistrature" mais par "des collègues indépendants".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/