1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Adolescent tué à Tarascon : quel était le profil du suspect abattu par la police ?
2 min de lecture

Adolescent tué à Tarascon : quel était le profil du suspect abattu par la police ?

Dans les Bouches-du-Rhône, un adolescent de 13 ans a été probablement tué et démembré par un homme de 32 ans qui a finalement été abattu par la police.

Tarascon
Tarascon
Crédit : RTL
Julien Vattaire

Le corps mutilé de Romain, 13 ans, a été découvert dimanche soir. Il se trouvait dans la salle de bain d'Arthur, jeune homme de 32 ans, qui occupait seul une maison de plus de 350m2 à Tarascon dans les Bouches-du-Rhône. Le suspect a été abattu dans la nuit de dimanche à lundi par la police

Dans Le Parisien, mardi 20 juillet, les voisins d'Arthur font état d'un comportement jugé inquiétant depuis plusieurs semaines. L'homme de 32 ans vivait seul depuis une quinzaine d'années, à la suite du décès de son père et le départ de sa mère. "Depuis, il alternait les périodes lucides et d'autres où il pétait les plombs", a confié une voisine à nos confrères.

Arthur venait tout juste de sortir d'un hôpital psychiatrique lorsqu'il a commis cet acte sordide. Son état s'était récemment aggravé. "Il était sous la surveillance de la police municipale depuis plusieurs semaines", a indiqué le maire de Tarascon, Lucien Limousin. Fin juin, il a été vu se promener avec une barre de fer ou encore vociférer dans la rue. La maison mitoyenne de la sienne a également pris feu. Les soupçons du voisinage se sont rapidement tournés vers Arthur. 

Condamné pour des faits de violences

Finalement, le 9 juillet, après avoir jeté des engins incendiaires dans la rue, Arthur a été interpellé puis placé en garde à vue. Après une expertise psychiatrique, le médecin a jugé que le suspect ne semblait pas "avoir les qualités pour être curable". La garde à vue levée, la mairie a décidé de prendre un arrêté municipal "d'admission provisoire en soins psychiatriques sans consentement". Ce sera le cas à Arles. 

À lire aussi

Sur place, son état de santé a fait l'objet d'une réévaluation. Son hospitalisation a été levée à la suite d'une décision des médecins. "Ils ont relâché un psychopathe", s'est agacé un voisin dans Le Parisien. Auparavant, Arthur était déjà connu des services de la justice pour des faits de violences. En 2020, il avait été condamné à une peine de prison ferme, avec sursis et mise à l'épreuve. Depuis sa sortie, il était suivi par un juge d'application des peines. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/