1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. 13 novembre : le policier qui a arrêté Salah Abdeslam raconte minute par minute l'opération
1 min de lecture

13 novembre : le policier qui a arrêté Salah Abdeslam raconte minute par minute l'opération

DOCUMENT RTL - En mars 2016, 4 mois après les attentats du 13 novembre, Lionel, un policier belge, et ses collègues, parviennent à arrêter Salah Abdeslam à Molenbeek. Il revient sur cette interpellation hors norme.

Des policiers devant l'entrée du bâtiment  où Salah Abdeslam a été arrêté à Molenbeek, le 20 mars 2016.
Des policiers devant l'entrée du bâtiment où Salah Abdeslam a été arrêté à Molenbeek, le 20 mars 2016.
Crédit : NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP
13 novembre : le policier qui a arrêté Salah Abdeslam raconte minute par minute l'opération
03:19
Cindy Hubert - édité par Léa Stassinet

Grâce à son sang-froid et à celui de ses collègues policiers belges, la France peut juger le seul survivant du commando terroriste. Lionel, qui a participé à l'arrestation de Salah Abdeslam en mars 2016, revient sur cette interpellation hors norme au micro de RTL.

C'est à Molenbeek, un quartier de Bruxelles, que sa trace avait été retrouvée. À l'époque, "ça fait 4 mois qu'on le traque, aussi bien en Belgique qu'à l'étranger", commence Lionel. "Il y a une pression énorme, on rentre en premier par l'arrière, on escalade et on grimpe sur les façades et les toits, puis le numéro voit dans le fond du couloir au rez-de-chaussée une ombre sortir d'une des portes", il s'agit de Salah Abdeslam.

"Et là il donne les injonctions 'Lève les mains, tourne-toi' etc... Mais il n'obtempère pas, il joue un peu avec le collègue, il lève les bras puis les redescend, il se montre, ne se montre pas, il esquive et part en courant. C'est là qu'il se fait rapidement tirer dessus par les collègues qui sont de ce côté, et il tombe", raconte Lionel, qui décrit alors un homme "méconnaissable". 

"Il a une barbe de 3, 4 semaines, il n'a pas vu le soleil depuis des semaines donc il n'a plus de couleur de peau". Lionel et ses collègues s'étaient "un peu fait le film à l'avance en se disant 'on espère qu'on va pouvoir le choper vivant' pour les victimes". Pour ces policiers belges, cette arrestation "est une fierté". "J'espère qu'il sera jugé comme il se doit", conclut Lionel.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/