1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. 13 novembre 2015 : les fantômes du Bataclan "ne me hanteront pas", confie Xavier Espinasse
1 min de lecture

13 novembre 2015 : les fantômes du Bataclan "ne me hanteront pas", confie Xavier Espinasse

PODCAST - En 2015, Xavier Espinasse, patron du service régional de l'identité judiciaire, a passé la plus longue nuit de sa carrière, une combinaison blanche sur le dos. Il est celui qui a vu tous les morts du 13 novembre.

Xavier Espinasse, face aux fantômes du Bataclan
Xavier Espinasse, face aux fantômes du Bataclan
MÉMOIRES DU 13 NOVEMBRE - 4. Xavier Espinasse, face aux fantômes du Bataclan
24:33
Cindy Hubert - édité par Cassandre Jeannin

On se souvient tous de notre 13 novembre 2015. De l'instant précis où nous avons appris que des attaques étaient en cours à Paris et à Saint-Denis. Que reste-t-il de nos souvenirs ? Comment se relever ? Comment juger l'horreur ? Policiers, rescapés, médecins… Ils nous racontent cette nuit d'effroi dans le podcast Mémoires du 13 novembre.

Dans ce quatrième épisode, vous allez écouter Xavier Espinasse. Le patron du service régional de l'identité judiciaire, les experts de la police scientifique, a passé la plus longue nuit de sa carrière. Une combinaison blanche sur le dos, il est celui qui a vu tous les morts du 13 novembre.

Le soir du 13 novembre, il pénètre seul dans la salle de spectacle du Bataclan, s’accroupit au "milieu de ses frères morts". Habituellement, par respect, les policiers ne numérotent pas les cadavres, ils posent une lettre devant chacun. Ici, "l’alphabet n’a pas suffi". Il faut identifier les corps au plus vite, quand les familles attendent des réponses. Au fil des heures et des jours, le commissaire divisionnaire et ses équipes finissent par appeler chaque victime par son prénom, à s’attacher à elles, "au-delà de la technique". 

L’identité judiciaire va travailler sans relâche pendant des mois sur l’enquête. L’un écoute et réécoute jusqu’à en connaître chaque seconde l’enregistrement audio de l’intégralité de l’attaque, 2h38 sur un dictaphone abandonné par un spectateur. D’autres travaillent à l’identification des terroristes, jusqu’à la planque de Saint-Denis. Désormais à la retraite, Xavier Espinasse ne laisse par pour autant les fantômes du Bataclan derrière lui : "Ils vont m’accompagner, mais ils ne me hanteront pas".

À lire aussi

>> 13 novembre 2015 : le procès du siècle : retrouvez toutes les interviews, les comptes-rendus d'audiences et les éclairages de la rédaction de RTL sur les attentats du 13 novembre, ainsi que les témoignages exclusifs Mémoires du 13 novembre. .

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/