1. Accueil
  2. Actu
  3. Interrogations autour de Bouteflika après sa nouvelle hospitalisation
2 min de lecture

Interrogations autour de Bouteflika après sa nouvelle hospitalisation

Le président algérien, hospitalisé depuis mardi à l'hôpital Val-de-Grâce à Paris, soulève des inquiétudes et des questions quant à sa capacité à effectuer un nouveau mandat s'il se présente aux prochaines élections.

Le président algérien, à l'aéroport d'Alger, le 19 décembre 2012.
Le président algérien, à l'aéroport d'Alger, le 19 décembre 2012.
Crédit : BERTRAND LANGLOIS - AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

L'hospitalisation d'Abdelaziz Bouteflika, à 48 heures de la convocation du corps électoral pour la présidentielle en Algérie, suscite nombre de questions sur l'état de santé réel de cet homme, affaibli par la maladie mais que ses partisans soutiennent pour un 4e mandat.

Le président doit signer un décret "le 16 ou le 17 janvier", tel qu'annoncé par l'agence nationale APS mardi, pour convoquer le corps électoral qui fixera donc la date du scrutin 90 jours plus tard. Si le décret paraît vendredi, cette date tombera donc le 17 avril.

Bouteflika peut-il assurer un nouveau mandat ?

Bouteflika lui-même, au pouvoir depuis 14 ans, a jusqu'à 45 jours avant le scrutin , selon la constitution.
En annonçant l'hospitalisation du président, âgé de 76 ans, mardi au lendemain de son transfert à Paris à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce, la présidence a souligné qu'il s'agissait simplement d'un "contrôle de routine" et qu'il serait rentré pour ce vendredi.

Dans ce communiqué cité par l'APS, il est aussi précisé que son état de santé s'améliore "sûrement" et de "façon progressive".
, d'abord au Val-de-Grâce puis à l'Hôtel des Invalides, centre militaire de rééducation pour les gros handicaps, pour sa rééducation. Et il avait déjà été hospitalisé à Paris en 2005 pour un ulcère hémorragique de l'estomac, auquel il avait dit avoir survécu "miraculeusement".

À lire aussi

"Le président aurait signé avant son départ en France le décret (...) par lequel est convoqué le corps électoral pour la présidentielle", croit savoir El Khabar.  Pour ce quotidien arabophone privé, cette nouvelle hospitalisation "relancera la polémique, non pas sur sa candidature à l'élection de 2014, que bon nombre d'observateurs excluent d'ores et déjà avec certitude, mais sur sa capacité physique à terminer son troisième mandat".

L'Algérie, paralysée par la santé de son chef d'état

"Le président est retourné à l'hôpital militaire au moment où la scène politique est entrée dans une phase d'attente", affirme le quotidien arabophone populaire Echorouk, le plus fort tirage du pays.
"Cache-t-on la vérité ?", s'interroge en Une le quotidien privé francophone El-Watan, qui note que "la maladie du président a plongé l'Etat dans une paralysie inédite".
Et Liberté de renchérir: ", une question se pose: pourquoi se rendre au Val-de-Grâce à 48 heures de la convocation du corps électoral?".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/