1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Yémen : l'ONU réclame le cessez-le-feu "immédiat"
2 min de lecture

Yémen : l'ONU réclame le cessez-le-feu "immédiat"

Avec 76 morts en 24 heures dans le sud du pays et plus de trois semaines de combats entre rebelles chiites et forces gouvernementales, l'ONU réclame un cessez-le-feu "immédiat".

D'après un dernier bilan de l'OMS, le conflit au Yémen a fait 767 morts et 2,906 blessés depuis le 19 mars, dont un grand nombre de civils.
D'après un dernier bilan de l'OMS, le conflit au Yémen a fait 767 morts et 2,906 blessés depuis le 19 mars, dont un grand nombre de civils.
Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP
Cécile De Sèze & AFP

Au Yémen, c'est un nouveau bilan très lourd que communique l'Organisation des nations unies. Au moins 76 personnes ont été tuées en 24 heures dans le sud du pays, après plus de trois semaines de combats entre rebelles chiites et forces gouvernementales soutenues par une campagne aérienne arabe. L'ONU réclame alors un cessez-le-feu "immédiat". 

Les victimes, majoritairement des rebelles, ont été tuées dans des raids aériens de la coalition conduite par l'Arabie saoudite et des combats entre partisans et adversaires du président Abd Rabbo Mansour Hadi, selon des sources  concordantes. 

767 morts et 2,906 blessés depuis le 19 mars

Et, d'après un dernier bilan fourni vendredi par l'Organisation mondiale de la Santé, le conflit a fait 767 morts et 2,906 blessés depuis le 19 mars, dont un grand nombre de civils. Après d'intenses raids nocturnes dans le nord du pays, l'aviation de la coalition a bombardé à deux reprises vendredi un dépôt d'armes à l'est de la capitale Sanaa, selon des témoins. 

Mesurant la gravité de la situation, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé jeudi à une trêve "immédiate" dans ce pays "en feu". Mais la coalition a réaffirmé sa détermination à poursuivre son opération militaire. "Nous avons besoin de patience et de persévérance. Nous ne sommes pas pressés", a répété vendredi son porte-parole, le général Ahmed Assiri. 

À lire aussi

Aidés par des militaires pro-Saleh, les Houthis liés à l'Iran ont lancé en juillet 2014 une offensive qui leur a permis de s'emparer totalement de la capitale Sanaa et de plusieurs provinces du nord, du centre et de l'ouest du pays.  

Une situation humanitaire en passe d'atteindre "une ampleur catastrophique"

L'ONU et ses partenaires humanitaires ont lancé un appel urgent à une aide internationale de près de 274 millions de dollars pour répondre aux besoins de 7,5 millions d'habitants touchés directement par le conflit (sur une population  de plus de 24 millions). "Des milliers de familles ont fui leurs maisons en raison des combats et des frappes. Les familles ordinaires ont du mal à accéder aux soins de santé, à  l'eau, à la nourriture et au carburant", a prévenu le coordinateur humanitaire, Johannes Van Der Klaauw. 

Les familles ordinaires ont du mal à accéder aux soins de santé, à l'eau, à la nourriture et au carburant

Le coordinateur humanitaire, Johannes Van Der Klaauw

Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif juge que la situation humanitaire au Yémen est en passe d'atteindre "une ampleur catastrophique". Il accuse la coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite de "cibler essentiellement des infrastructures purement civiles" comme des hôpitaux et des écoles, et de "viser de manière aveugle les zones résidentielles". 

Estimant "qu'il n'y a pas de solution militaire à ce conflit", il énumère les quatre points du plan de paix proposé par l'Iran : cessez-le-feu immédiat, accès humanitaire "sans entraves", reprise du "dialogue national" entre tous les protagonistes de cette crise et "formation d'un gouvernement d'union nationale".  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/