1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Vignette Crit-air : la majorité de véhicules français seront-ils empêchés de rouler d’ici 2025 ?
2 min de lecture

Vignette Crit-air : la majorité de véhicules français seront-ils empêchés de rouler d’ici 2025 ?

FACT CHECKING - La vignette Crit'air, qui permet de savoir si un véhicule trop polluant est concerné par une restriction de circulation, inquiète de nombreux propriétaires.

Une éco-vignette "CRIT'air" (Illustration).
Une éco-vignette "CRIT'air" (Illustration).
Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
La vignette Crit'air inquiète les propriétaires de véhicules
02:50
Vignette Crit'air, l'inquiétude des automobilistes
02:50
Jean-Mathieu Pernin
Journaliste

La majorité de véhicules français seront-ils empêchés de rouler d’ici 2025 à cause des zones à faible émission ? C'est le sujet du moment qui anime tous les propriétaires de véhicules automobile et qui fait fureur dans les embouteillages. 

Les zones à faibles émissions, les ZFE sont un dispositif servant à lutter contre la pollution se basant sur la vignette Crit'air. Dans ces zones, les véhicules étiquetés Crit’air 3, 4, 5 et ceux non-classés (tous les véhicules antérieurs à 1997) ne seront plus autorisés à circuler dès 2025. À terme, les voitures Crit’air 2 seront également interdites à la circulation. 

L’article 27 du projet de loi, déjà adopté le 4 mai par l’Assemblée nationale, prévoit l’extension de la création des ZFE à toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants dès 2025. Si le dispositif des zones à faibles émissions est très contraignants, la prudence est de mise avec certaines fausses informations et des chiffres et affirmations fantaisistes.

Des élus franciliens contre ce dispositif

Actuellement quatre agglomérations ont mis en place ces ZFE, la Métropole de Lyon, Grenoble-Alpes-Métropole, la Ville de Paris et la Métropole du Grand Paris. Cette dernière a anticipé est a actionné ce dispositif depuis le 1er juin. 

À lire aussi

La semaine dernière, sur RTL, Valérie Pécresse affirmait que cette ZFE a été mise en place "sans l'accompagner avec des mesures extrêmement puissantes d'aide au changement des véhicules" alors que, rappelle-t-elle, "dans cette zone, les trois-quarts des véhicules vont devoir être mis à la casse d'ici 2024". En 2019 en présentant la ZFE, la métropole du Grand Paris avait également présenté les aides auxquelles les automobilistes avaient le droit.

Un francilien peut donc, sous conditions, en cumulant les aides, bénéficier jusqu'à 19 000 euros pour changer de voiture. Un guichet unique a même été créé pour en faciliter la demande. De son côté, l’élu de l’Essonne Nicolas Dupont-Aignan parle de deux tiers des véhicules roulants interdits en 2024. En effet, 25 millions de véhicules seraient touchés par ce dispositif mais il pourrait mettre beaucoup de temps avant une vraie mise en place.

Pas les mêmes règles partout

Comme l’explique la chaine LCI, quand le Grand Paris applique aujourd'hui des restrictions seulement cinq jours sur sept aux particuliers de 8h à 20h, on restreint pour l'heure les mesures aux seuls véhicules utilitaires du côté de Grenoble. 

Profitant d'un délai accordé par l'État, la ville et la métropole de Strasbourg ont de leur côté annoncé retarder d'un an l'interdiction de circulation de tous les véhicules sans vignette pour les Crit’air 2, au moins jusqu'en 2028. Les autres métropoles n’ont pas encore commencé leur enquête publique, donc patience. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/