2 min de lecture Crise en Grèce

VIDÉO - Crise en Grèce : Manuel Valls promet de consulter les députés

Devant l'Assemblée nationale, le Premier ministre répète qu'il "ne veut pas que la Grèce sorte de l'Europe".

Manuel Valls à l'Assemblée le 1er juillet 2015.
Manuel Valls à l'Assemblée le 1er juillet 2015. Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le discours de Manuel Valls sur la Grèce était très attendu par les députés ce mercredi 8 juillet. Le Premier ministre a réaffirmé l'attachement de la France au maintien d'Athènes dans la zone euro. Il a aussi révélé que l'Assemblée nationale serait consultée sur un éventuel futur accord avec la Grèce. Une annonce qui satisfait les parlementaires. Le chef du gouvernement juge par ailleurs que les propositions présentées aux Européens par le Premier ministre grec Alexis Tsipras mercredi vont dans le bon sens

Quelle que soit l'issue, l'Assemblée nationale aura à se prononcer. Et s'il y a accord, l'Assemblée devra se prononcer par un vote.

Manuel Valls
Partager la citation

"Je veux dire ici que cette demande, cette lettre, est équilibrée, positive. Elle fait preuve d'une réelle volonté d'avancer et de réformes", a déclaré Manuel Valls devant les députés, saluant "une étape importante qui permet de dialoguer"La Grèce promet de présenter un nouveau programme de réformes "crédibles", répondant à l'ultimatum lancé par des dirigeants européens. "Quelle que soit l'issue, l'Assemblée nationale aura à se prononcer. Et s'il y a accord, l'Assemblée devra se prononcer par un vote", a-t-il poursuivi, à la satisfaction de nombreux députés. François Hollande avait déjà annoncé que le Parlement serait "consulté", qu'il y ait un accord ou non. 

La France est attachée au maintien de la Grèce dans la zone euro

"Le maintien de la Grèce dans l’euro, et dans l’Union européenne, c’est aussi un enjeu géostratégique et géopolitique de la plus haute importance", a plaidé Manuel Valls, citant les "relations avec la Turquie", "les liens avec la Russie, le monde orthodoxe", ou encore la question des migrants de Méditerranée et le Proche-Orient. Selon lui, une sortie de la Grèce aurait des conséquences "terribles" pour le peuple grec. "Une sortie, c’est à coup sûr : l’effondrement des revenus, les prix des importations qui explosent, y compris pour les biens de première nécessité, des conséquences sociales et politiques et d’ordre public que personne d’entre nous n’est capable de prévoir. Est-ce cela que nous voulons, pour le peuple grec ? Est-ce cette image que nous voulons donner de l'Europe aux yeux du monde ? Non ! En tout cas, ce n’est pas la position de la France", défend le chef du gouvernement. 

La France n'est pas à la remorque de l'Allemagne.

Manuel Valls
Partager la citation

Mais il appelle Athènes à "être au rendez-vous de son histoire et de l’histoire européenne". "Il faut que le gouvernement grec veuille aussi s’aider lui-même". Quant aux "bases d'un accord complet", elles reposent sur trois points : "des réformes nécessaires et détaillées" pour "moderniser et redresser l’économie", et bâtir "un État qui fonctionne vraiment", "des moyens pour financer la croissance en Grèce", et enfin "une perspective claire sur le traitement de la dette", pour laquelle il n'y a pas de "sujet tabou". La France n'est ni "à la remorque de l'Allemagne" ni "indulgente vis-à-vis du gouvernement d’Alexis Tsipras", assure Manuel Valls. Mais elle se mobilise pour garder la Grèce dans l'euro "parce que c’est notre intérêt". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crise en Grèce Manuel Valls Assemblée nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants