1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Victoire de Trump : malgré ses "inquiétudes", Barack Obama tente de rassurer
1 min de lecture

Victoire de Trump : malgré ses "inquiétudes", Barack Obama tente de rassurer

Si l'actuel président des États-Unis n'a pas caché ses craintes quant à la présidence Trump, il a assuré lundi 14 novembre, que son successeur était "pragmatique" et non un "idéologue".

Barack Obama lors d'une conférence de presse, lundi 14 novembre 2016 à Washington.
Barack Obama lors d'une conférence de presse, lundi 14 novembre 2016 à Washington.
Crédit : SAUL LOEB / AFP
Félix Roudaut & AFP

Barack Obama a effectué lundi 14 novembre sa première conférence de presse depuis l'élection-choc de Donald Trump. Sans langue de bois, l'actuel président américain a confié qu'il avait des "inquiétudes" quant à la présidence Trump. "Est-ce que j'ai des inquiétudes ? Absolument. Bien sûr que j'ai des inquiétudes. Lui et moi divergeons sur tout un tas de sujets", a lancé le démocrate, interrogé sur la nomination, comme chef de la stratégie à la Maison-Blanche, de Stephen Bannon, considéré comme un héraut de l'extrême droite.

Barack Obama a cependant nuancé ses propos, estimant que son successeur était "un pragmatique" et non un "idéologue". Face aux craintes exprimées par des alliés des États-Unis devant la possible réorientation de la diplomatie américaine, le président s'est voulu rassurant, persuadé qu'il y aurait une "immense continuité" de la politique étrangère et que son pays devait rester "un phare de l'espérance" et la "nation indispensable" pour le monde. 

Le candidat Trump avait notamment promis qu'une fois élu, il "déchirerait" l'accord de contrôle du programme nucléaire iranien signé en 2014, une avancée diplomatique majeure négociée pendant des années par les États-Unis, de concorde avec d'autres grandes puissances. Mais pour Barack Obama, le président Trump aura bien du mal à tenir son engagement. Selon lui, "il devient plus difficile de défaire quelque chose qui fonctionne (...) un accord fantastique (...) qui empêche l'Iran d'obtenir une arme nucléaire". Le démocrate s'exprimait juste avant un ultime voyage en Europe qui le mènera en Grèce et en Allemagne, où il tachera à nouveau de rassurer ses alliés.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/