1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Vaccination aux États-Unis : la prime de 100 dollars est-elle vraiment efficace ?
3 min de lecture

Vaccination aux États-Unis : la prime de 100 dollars est-elle vraiment efficace ?

ÉCLAIRAGE - Des mesures, comme la prime de 100 dollars, ont déjà été mises en place au printemps pour inciter les Américains à se faire vacciner. Mais pour quels résultats ?

Joe Biden, le 29 juillet 2021
Joe Biden, le 29 juillet 2021
Crédit : SAUL LOEB / AFP
Thomas Pierre

Ce n'est pas exactement l'"été de liberté" promis à ses compatriotes. Face à une vaccination qui plafonne (69,4% de primo-vaccinés) Joe Biden aura du prendre jeudi 29 juillet une série de mesures pour relancer la dynamique. "Nous ne sommes pas complètement sortis du bois", a estimé le président américain au moment où son pays connaît une flambée de contaminations dues à la propagation rapide du variant Delta.

Des millions d'employés fédéraux devront dorénavant soit être vaccinés, soit se plier à une série de contraintes. Les employés fédéraux non-vaccinés auront l'obligation de porter le masque même dans les zones où la circulation de la Covid-19 est faible, et de se soumettre à des tests réguliers. Ils seront aussi limités dans leurs déplacements. Le président américain réfléchit aussi à ajouter l'injection contre la Covid à celles obligatoires pour les militaires.

Sans aller jusqu'à l'obligation vaccinale pure et simple, il s'agit ici d'un changement de cap notable pour l'administration Biden qui jusqu'ici se refusait à associer toute idée de contrainte à la vaccination. "Je sais que les gens parlent de liberté" mais "avec la liberté vient la responsabilité", a commenté le président démocrate.

Déjà testé au printemps

Entre autres mesures d'incitation, Joe Biden appelle également les autorités locales à verser 100 dollars à toute nouvelle personne se faisant vacciner, en puisant pour cela dans des fonds d'urgence débloqués pour faire face à la pandémie.

À lire aussi

L'initiative n'est pas nouvelle. Au printemps déjà, le dirigeant démocrate avait annoncé des partenariats avec des supermarchés pour garantir des promotions aux acheteurs venant se faire vacciner. Le Maryland également avait assuré que les employés de l'Etat recevraient 100 dollars s'ils se faisaient vacciner. "Ce genre d'incitation est une autre façon de souligner l'importance de se faire vacciner", faisait alors valoir son gouverneur. 

Les "100 dollars" sont-ils efficaces ?

Mais ces mesures ont-elles vraiment porter leurs fruits ? L'Ohio, à l'instar du Nouveau-Mexique ou du Colorado ont ainsi eu recours à la prime de 100 dollars. Et d'après des chiffres de son département de la santé, les incitations financières mises en place en mai ont conduit à une augmentation des vaccinations de l'ordre de 28% en moins d'une semaine. Aujourd'hui pourtant, l'État ne compte encore que 60.6% de primo-vaccinés. 

Des enquêtes menées par des chercheurs de l'UCLA ont aussi conclu qu'environ un tiers des personnes non vaccinées considéreraient se faire injecter une dose contre de l'argent.
Mais le contre-exemple d'un État comme l'Arkansas, avec seulement 57,3% de primo-vaccinés fin juillet, montre que la vaccination est restée faible malgré cette prime. 

Interrogé par la radio publique NPRl'économiste comportemental Ari Shapiro explique que la motivation de l'argent a surtout tendance à fonctionner sur des personnes qui hésitent à se faire vacciner, et n'y sont pas totalement opposé. Selon lui, "si quelqu'un est catégoriquement opposé à la vaccination, il a une bonne raison de ne jamais se faire vacciner, il est très peu probable que 100 dollars le fassent changer d'avis".

L'exemple de New York

Quelques mois après cette première expérience, force est ainsi de constater que les différentes mesures incitatives n'ont pas été suffisantes pour enrailler la baisse de la vaccination aux Etats-Unis. Avec seulement 69,4% de premières doses injectés, Joe Biden n'a toujours pas atteint l'objectif des 70% qu'il s'était pourtant fixé au 4 juillet dernier. 

Mercredi, le maire de New York, Bill de Blasio, a annoncé que la ville allait offrir 100 dollars à toutes les personnes qui iraient se faire injecter une dose de vaccin contre le coronavirus dans un centre déployé par la mairie. Dans le même temps, le gouverneur de New York a annoncé rendre obligatoire la vaccination et les tests aux 130.000 fonctionnaires de l'Etat. Comme quoi la stratégie de la "carotte" semble désormais aller de pair avec celle du "bâton". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/