1 min de lecture International

Un cadre canadien d'une compagnie minière enlevé au Burkina Faso

Il s'agit de la septième personne enlevée depuis 2015 dans le pays en proie à des attaques jihadistes qui se multiplient.

Des soldats burkinabè près de la mine de Tambao, au nord de Ouagadougou
Des soldats burkinabè près de la mine de Tambao, au nord de Ouagadougou Crédit : AHMED OUOBA / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
et AFP

Un Canadien, cadre d'une compagnie minière, a été enlevé mardi 15 janvier au soir par des hommes armés dans l'est du Burkina Faso, un pays en proie à des attaques jihadistes qui se multiplient.

Lors d'un raid, "un expatrié canadien a été enlevé dans la soirée du mardi 15 janvier, aux environs de 19h45 (locales et GMT), sur le site de Tiabangou, dans la commune de Mansila", a déclaré mercredi 16 janvier le ministre burkinabè de la Sécurité, Clément Sawadogo, confirmant des informations d'autres sources.

Selon une source minière, le responsable kidnappé est le vice-président de la société canadienne Progress Minerals, Kirk Woodman, géologue et responsable de l'exploration minière au Burkina Faso et en Côte d'Ivoire.

À lire aussi
Des soldats américains sur les lieux de l'attentat-suicide à Manbij le 16 janvier 2019. armée
Les États-Unis annoncent le maintien de 200 soldats américains en Syrie

"Les agents qui travaillaient ont été assaillis par une dizaine d'hommes en armes qui ont regroupé le personnel. Ils ont fouillé le camp de base et enlevé certains matériels. Ils ont amené avec eux cet expatrié, arrivé au Burkina le 10 janvier", a détaillé le ministre. 
Progress Minerals "procédait à des explorations" sur un site aurifère, a-t-il précisé.

250 militaires et 8 hélicoptères

"Nous sommes en contact avec les autorités du Burkina Faso, qui sont très impliquées, ainsi que les agences canadiennes concernées, dans cette situation difficile", a assuré la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland. Le Canada dispose de 250 militaires et de huit hélicoptères déployés dans le nord du Mali voisin, dans le cadre de la mission des Nations unies dans ce pays (Minusma).

"Nous avons confiance et foi dans les autorités canadiennes pour ramener notre mari et père en toute sécurité à la maison. Nous avons l'espoir d'une résolution rapide de l'affaire", a déclaré la famille Woodman dans un communiqué transmis aux médias canadiens. Le directeur général de Progress Minerals, Adam Spencer, s'est refusé à tout commentaire.

Tiabongou est situé dans la province de Yagha, près des frontières du Mali et du Niger, dans une région en proie à des attaques jihadistes récurrentes. Kirk Woodman est la septième personne enlevée dans le pays depuis 2015.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Burkina Faso Canada
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796251710
Un cadre canadien d'une compagnie minière enlevé au Burkina Faso
Un cadre canadien d'une compagnie minière enlevé au Burkina Faso
Il s'agit de la septième personne enlevée depuis 2015 dans le pays en proie à des attaques jihadistes qui se multiplient.
https://www.rtl.fr/actu/international/un-cadre-canadien-d-une-compagnie-miniere-enleve-au-burkina-faso-7796251710
2019-01-17 03:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/BLQtM9dTxNUN-VwTmfFMBw/330v220-2/online/image/2019/0117/7796251712_des-soldats-burkinabe-pres-de-la-mine-de-tambao-au-nord-de-ouagadougou.jpg