2 min de lecture États-Unis

Trump a-t-il vraiment falsifié un document officiel au marqueur ?

Nouvelle polémique pour Donald Trump, en marge de l'ouragan Dorian. Le président est accusé, entre autres, d'avoir falsifié une carte météorologique officielle.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Trump a-t-il vraiment falsifié un document officiel au marqueur ? Crédit Image : JIM WATSON / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Noé Blouin

Dorian vient de passer à la catégorie supérieure en s’approchant de la Caroline du Sud. La ville de Charleston, entourée d’eau, est particulièrement vulnérable. Il pleut déjà fort près du rivage et les autorités ont prévenu que le niveau de l’eau pourrait monter de plus de 2 mètres d’ici 24h. Mais en attendant Dorian, le président Trump se retrouve lui aussi dans un ouragan.


En fin de semaine, il a décidé d’annuler sa visite prévue en Pologne, à l’occasion des commémorations du 80e anniversaire de l’invasion du pays par l’Allemagne nazie. Il a expliqué qu’il devait rester suivre l’avancée de l’ouragan. En fait, il est allé jouer au golf tous les jours, accompagné d'un collaborateur de la Maison-Blanche, chargé de lui faire un point toutes les heures sur Dorian.

Mais la polémique ne s'arrête pas là. Dimanche 1er septembre dernier, alors que les tracés du service de la météorologie nationale prévoient déjà que Dorian va bifurquer vers le nord, sans traverser la Floride, le président tweete un message alarmant, incluant aussi l’état de l’Alabama. Pourtant, l’Alabama est beaucoup plus à l’ouest, dans le golfe du Mexique, donc très loin du tracé prévu par les services fédéraux de la météo, qui s’empressent donc de démentir le président et de prévenir les habitants de l’Alabama de ne pas tenir compte de ce qu’il dit, qu’il n’y a aucune raison d’évacuer. C’est le rôle des services de la météorologie nationale, d’alerter les populations, le plus précisément possible, des dangers, potentiellement mortels.

Le président persiste, ça devient un sujet d’actualité. Et donc lundi soir, alors qu’on a les premières informations sur les Bahamas dévastés, ce qui occupe le président c’est d’attaquer, sur Twitter, un journaliste qui avait évoqué sa fausse information dans un journal télévisé.

L'affaire du #MarqueurGate

À lire aussi
Des enfants de maternelle dans une salle de classe justice
États-Unis : un garçon de 5 ans invite sa classe au tribunal pour son audience d'adoption

Et l'histoire n'est toujours pas terminée. Il y a une douzaine d’heures, Trump convoque la presse dans le bureau ovale pour montrer une carte officielle des services de la météorologie nationale de la fin de la semaine dernière, à laquelle a été rajoutée au marqueur un trait pour élargir le tracé de l’ouragan, pour donner l’impression que, oui, le président, avait raison, l’Alabama avait aussi été menacé.

Ce trait au marqueur est tellement grossier, que les réseaux sociaux se sont emparés de cette affaire baptisée le MarqueurGate. Ça ne plaît pas au président qui hurle à la fake news. La cheffe du service météo de FOX News, la chaîne préférée du président, a même dû lui rappeler solennellement que l’Alabama n’a jamais été menacé, que la carte qu’il a présenté il y a quelques heures est "trompeuse et fausse", que falsifier ainsi des informations du service météorologique national et les faire passer pour officielles est une violation de la loi fédérale et qu’il risque jusqu’à 90 jours de prison pour ça !



Alors ça n’est qu’un mensonge de plus, le Washington Post en a relevé scrupuleusement plus de 12.000 depuis qu’il est au pouvoir. Mais elle montre que, même quand il est question de vie ou de mort, la vérité compte moins pour le président que son souci de ne jamais perdre la face.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Donald Trump Ouragan
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants