1 min de lecture Canada

Toronto : la piste d'un féminicide étudiée par les enquêteurs

Alek Minassian, qui a tué 10 personnes à Toronto, nourrissait une rancœur contre les femmes selon les premiers éléments de l'enquête. Il a été inculpé de meurtres avec préméditation.

La maison d'Alek Minassian qui a tué 10 personnes à Toronto le 23 avril 2018.
La maison d'Alek Minassian qui a tué 10 personnes à Toronto le 23 avril 2018. Crédit : Lars Hagberg / AFP
103029000663527498057
Eléanor Douet
et AFP

Difficile pour le moment d'établir avec certitudes les motivations qui ont poussé Alek Minassian à foncer dans la foule à Toronto, lundi 23 avril. Arrêté peu de temps après le drame, qui a fait 10 morts et 14 blessés, l'homme de 36 ans a été inculpé de meurtres avec préméditation mardi.

Les enquêteurs ont indiqué que les victimes sont "majoritairement des femmes", dont l'âge va "de la mi-vingtaine à environ 80 ans". La piste d'un féminicide est étudiée, notamment au vu de messages rédigés par le suspect avant le drame. 

Quelques minutes avant qu'il ne fonce dans la foule, Alek Minassian, "a posté sur Facebook un message énigmatique", a expliqué l'enquêteur Graham Gibson. Le réseau social américain a reconnu à l'AFP avoir "immédiatement effacé le compte Facebook du suspect" et "travailler étroitement avec les autorités" sur ce dossier.

À lire aussi
Les drapeau canadien et français flottent devant le Mémorial canadien de Vimy, en février 2014 Histoire de France
1917 : Vimy, le Verdun des Canadiens

Un "hommage" à une tuerie misogyne

Plusieurs médias canadiens ont publié une capture d'écran du message affirmant notamment que "la rébellion des 'incel' a déjà commencé" et vouant un culte au masculinisme. Le terme "incel" est une abréviation anglophone pour "volontairement célibataire" et renvoie à des personnes animées d'un certain mépris des femmes, accusées d'être responsables de leur insatisfaction sexuelle.

La police de Toronto a toutefois mis en garde : "Nous n'avons aucune évidence" démontrant formellement que le conducteur ne visait que les femmes, a déclaré l'enquêteur Gibson. 

De plus, Alek Minassian avait également rendu un hommage à Elliot Rodger qui avait commis une tuerie misogyne en 2014 à Isla Vista en Californie. Le jeune Américain de 22 ans, qui se disait rejeté par les femmes, avait tué 6 personnes et en avait blessé 14 autres, avant de se suicider.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Canada Faits divers Enquête
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793145474
Toronto : la piste d'un féminicide étudiée par les enquêteurs
Toronto : la piste d'un féminicide étudiée par les enquêteurs
Alek Minassian, qui a tué 10 personnes à Toronto, nourrissait une rancœur contre les femmes selon les premiers éléments de l'enquête. Il a été inculpé de meurtres avec préméditation.
https://www.rtl.fr/actu/international/toronto-la-piste-d-un-crime-misogyne-etudiee-par-les-enqueteurs-7793145474
2018-04-25 04:33:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/B4f3WYhW00SNjRRWDaP8Sg/330v220-2/online/image/2018/0425/7793145480_la-maison-d-alek-minassian-qui-a-tue-10-personnes-a-toronto-le-23-avril-2018.jpg