2 min de lecture Jihadisme

Terrorisme : la coordination entre l'Europe et la Tunisie est-elle à la hauteur ?

INVITÉS RTL - Razzy Hammadi, député socialiste de Seine-Saint-Denis, membre du groupe d'amitié France-Tunisie à l'Assemblée nationale et Antoine Basbous, directeur de l'Observatoire des pays arabes.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Terrorisme : la coordination entre l'Europe et la Tunisie est-elle à la hauteur ? Crédit Image : AFP / GIANLUIGI GUERCIA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Philippe Peyre

L'auteur présumé de l'attentat de Berlin serait un Tunisien qui était surveillé et n'avait pas pu être expulsé vers son pays d'origine en raison d'un conflit administratif entre Tunis et Berlin. Est-ce une triste coïncidence ou un vrai problème de coopération ? "Il y a un réel problème de gouvernance à Tunis, réagit Antoine Basbous, directeur de l'Observatoire des pays arabes, les services de renseignement ne sont pas au point, ils doivent s'améliorer". S'il salue la mise en place d'une coopération européenne à laquelle la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni participent, il déplore que les Tunisiens ne sont "pas vraiment au point". 

Pour Razzy Hammadi, député socialiste de Seine-Saint-Denis et membre du groupe d'amitié France-Tunisie à l'Assemblée nationale, la volonté d'améliorer la coopération entre Europe et Tunisie "est à la hauteur". Elle l'est selon lui sur des arguments concrets : "Prenez par exemple le problème que représentait le contrôle de la frontière tuniso-libyenne, ça se fait désormais avec des radars grâce aux entreprises françaises et des millions d'euros. Il y a également des progrès immenses en terme de veille et de vigie sur le web", égraine-t-il. L'argument du contrôle de la frontière entre la Tunisie et la Libye est très rapidement balayé par Antoine Basbous : "Sur une frontière de 500 km avec la Libye, immense foyer terroriste, seulement 160 km sont pourvus de barrières de sécurité, le reste est à faire", lance-t-il. 

La Tunisie est le premier pourvoyeur de djihadistes à travers le monde

Antoine Basbous, directeur de l'Observatoire des pays arabes
Partager la citation

Antoine Basbous souligne l'existence d'un "sanctuaire terroriste" en Tunisie "qui dure depuis au moins quatre ans à côté de la frontière algérienne". De même que, sur 10 millions d'habitants, 6.000 djihadistes sont recensés par le gouvernement tunisien : "La Tunisie est le premier pourvoyeur de djihadistes à travers le monde, on ne peut pas cacher cette réalité et la gouvernance qui n'est pas à la hauteur", martèle Antoine Basbous.

"Mon propos n'est pas d'amoindrir les risques et les menaces", rétorque Razzy Hammadi qui insiste sur le fait qu'il faut aider la Tunisie : "Protéger la Tunisie, l'aider à se défendre, l'aider à lutter contre le terrorisme, c’est se défendre nous même". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jihadisme Diplomatie Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants