2 min de lecture Diplomatie

Tensions franco-turques : pourquoi Paris et Ankara sont-ils à couteaux tirés ?

DÉCRYPTAGE - Dans le différend territorial qui oppose la Turquie et la Grèce en Méditerranée orientale, la France a pris le parti d'Athènes, à qui elle vient de vendre 18 Rafale.

Recep Tayyip Erdogan et Emmanuel Macron le 5 janvier 2018 à Paris
Recep Tayyip Erdogan et Emmanuel Macron le 5 janvier 2018 à Paris Crédit : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Pierre Julien édité par Thomas Pierre

Ce week-end a été marqué par la violence des propos du président turc envers Emmanuel Macron. Ce n'est pas une nouveauté en ce moment. Recep Erdogan lui reproche notamment d'avoir pris fait et cause pour la Grèce dans le différend frontalier maritime qui oppose Ankara à Athènes. Le président turc a notamment lancé un menaçant "Ne cherchez pas querelle à la Turquie". Parallèlement, dans ce contexte, le gouvernement grec a passé commande de 18 Rafale à la France. 

Revenons un instant sur l'origine de cette crise. D'importants gisements de gaz naturel ont été découverts en Méditerranée orientale. Selon Athènes, cette zone économique maritime est sous sa souveraineté pleine et entière. Ce qui se traduit par les droits exclusifs d'exploitation. Ankara conteste totalement cette version et veut dans le futur sa part du gâteau. 

L'envoi, il y a plus d'un mois, d'un navire de recherche sismique turc sous escorte militaire dans le secteur a aussitôt envenimé les relations entre les deux pays. Dimanche 13 septembre, le bateau a regagné son port d'attache. Geste d'apaisement, peut être. On verra bien s'il revient. 

La France soutient la Grèce

En attendant, la France soutient le gouvernement grec. D'autant plus que la position de la Turquie, pourtant membre également de l'OTAN, est ambiguë avec l'achat de missiles russes et l'envoi de mercenaires au secours du régime de Tripoli, en Libye. 

À lire aussi
Le discours de Donald Trump retransmis aux Nations Unies, le 22 septembre 2020 ONU
Trump, Bolsonaro, Xi… Ce qu’il faut retenir des discours à l’ONU


Les menaces du président turc pourraient elles se concrétiser ? Côté militaire, on n'est pas à l'abri d'un incident entre des esprits trop échauffés. Le 10 juin dernier, une frégate turque avait désigné pour cible le Courbet, un bâtiment de la Marine nationale, sans heureusement ouvrir le feu. 

Sur un autre plan. Emmanuel Macron souhaite d'ailleurs, contre la volonté d'Angela Merkel, que l'Union européenne adopte des sanctions économiques à l'encontre de la Turquie, ce qui a provoqué le courroux du président Erdogan. Voilà pourquoi, samedi 12 septembre, ce dernier a accusé la France d'avoir causé la mort d'un million d'Algériens. Cette référence à la guerre n'est pas gratuite. Elle est supposée faire réagir les musulmans de France. 

18 Rafale commandés par la Grèce

Alors, dans la perspective d'une possible escalade, la Grèce a décidé de commander 18 Rafale. Ce choix découle t-il du soutien français à Athènes?  Voilà plusieurs années que Dassault fait les yeux doux à la Grèce, un de ses clients historiques. Mais c'est vrai que tout s'est précipité ces dernières semaines. L'appui sans faille de Paris a bien sûr pesé dans la balance. 

À ce propos, si 12 de ses avions de combat seront prélevés sur les stocks de l'armée de l'air française (on pourrait parler de Rafale d'occasion, ndlr), l'avenir de la chaîne d'assemblage à Bordeaux-Mérignac devrait être ainsi assuré. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diplomatie France Grèce
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants