1 min de lecture Thanksgiving

Tanguy Pastureau : Obama a rendu deux dindes heureuses

REPLAY - Cette semaine aux États-Unis, c'était Thanksgiving, la Saint-Barthélémy des dindes. Des millions de volatiles ont terminé leur vie dans des assiettes, tandis que Barack Obama, qui est humain et gentil, en a gracié une paire. C'est une tradition locale. Si nous faisions la même chose en France, avant chaque Noël, François Hollande gracierait une bourriche d’huîtres.

Tanguy Pastureau Tanguy Pastureau Tanguy Pastureau
>
Tanguy Pastureau : Obama a rendu deux dindes heureuses Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau Journaliste RTL

Cette semaine était aux États-Unis celle de Thanksgiving, qui consiste, comme toutes les fêtes, à boulotter des bêtes en famille, puis à digérer durant 24 heures, avec le colon en feu.
 
Comme chaque année, Barack Obama, le beau type qui fait suer la gueuse, a gracié deux dindes, une tradition, c’est comme si chez nous Hollande à Noël sauvait un saumon juste avant le fumage à froid, ou le Chinois Xi Jinping un cocker.
 
Les dindes ayant échappé au massacre sont californiennes, comme Pamela Anderson mais sans plastique, c’est la version bio. L’une s’appelle Honesty (honnêteté), l’autre Abe, en hommage au président Abraham Lincoln, le type a réussi à préserver l’union en pleine guerre de sécession, résultat on donne son surnom à une dinde. Ça donne ça quand on entre dans l’histoire, donc au moins on sait qu’aucun chat ou hamster ne s’appellera jamais Hervé Morin ou Nicolas Dupont-Aignan.
 
Honesty a une tête et un cou rouge, c’est un peu Brice Hortefeux mais en dinde, et Abe est plutôt bleue, si Obama avait eu l’idée d’en mettre une déplumée, donc blanche, entre les 2, il faisait le drapeau tricolore en dinde, on a tellement besoin de symboles forts qu’on aurait pris.
 
Le président a gracié les deux bestioles mercredi, à 14h45, tandis que des millions d’autres dindes pensaient "Qu’est-ce qu’elles ont de plus que moi, ces  deux pouffiasses ?", juste avant d’entrer dans le four, puisqu’on leur fait subir ce que Jacques Séguéla fait à son visage.
 

La veille Obama recevait Hollande, donc heureusement que dans le jus, il n’a pas confondu, gracié Hollande et parlé avec la dinde du sort à réserver à Bachar al-Assad.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Thanksgiving Barack Obama États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants